Fatigué des réunions soporifiques qui vous font perdre un temps précieux ?  Le stand-up meeting ou « réunion debout » propose un échange d’informations rapide au quotidien. Marc Henri De Bruyne, fondateur de l’agence de relations publiques Vademecom, approuve cette technique qui se veut à la fois dynamique et collaborative.

Les avantages du stand-up meeting

Inspiré des méthodes « AGILE  » de développement de logiciels telles que SCRUM, qui se veulent réactives plutôt que prédictives, le stand-up meeting dure généralement 5 à 15 minutes et a lieu… debout. Raison : l’inconfort relatif de cette position tend à accélérer la discussion pour aller à l’essentiel alors que la participation et l’interaction sont souvent plus spontanées. La réunion debout a pour objectif de tenir les employés au courant de la situation de l’entreprise ou de l’avancement d’un projet, de façon rapide et régulière. En se focalisant sur l’identification des problèmes dès leur apparition, ces meetings ponctuels visent à corriger le tir en élaborant des solutions immédiates et concrètes.  

Une méthode bénéfique… si elle est bien réalisée

Idéalement, le meeting est minuté et organisé à endroit et heure fixes de manière récurrente. Lors de la première réunion de ce type, pensez à briefer les collaborateurs sur la marche à suivre. Expliquez par exemple que la réunion se déroule debout en cercle pour amener plus de dynamisme. Indiquez que la présence est obligatoire et l’écoute et l’interaction primordiales, car elles améliorent la synchronisation des membres. Suivre la progression de la mission au jour le jour accroît aussi leur engagement. Vous pouvez prévoir un objet que les collaborateurs se lancent pour se donner la parole. Pas d’idée ? Le département IT du VDAB/FOREM a opté pour une peluche.

Un déroulement structuré

Lors d’une réunion debout, chaque participant aborde systématiquement trois points : Qu’ai-je fait hier, que vais-je faire aujourd’hui et quels sont les obstacles que je rencontre ? Cette dernière question est essentielle et favorise une atmosphère collaborative. L’animateur doit s’assurer qu’elle soit abordée systématiquement et de façon transparente. Cela signifie que personne ne doit hésiter à rapporter un problème et demander de l’aide. Cet aspect distingue le stand-up meeting des traditionnels meetings d’état des lieux et autres réunions de coordination, davantage axés sur des détails techniques ou des nouvelles requêtes, et dont la gestion est souvent très centralisée par un responsable qui monopolise la parole. Derniers conseils : maintenez une atmosphère détendue, et pour une efficacité maximale, veillez à ce que la réunion reste focalisée sur la situation présente plutôt que sur du moyen ou long terme. 

Marc Henri De Bruyne

Marc Henri De Bruyne

Marc Henri De Bruyne est Professeur de Relations Publiques à la Haute Ecole Libre de Bruxelles, consultant en Communication ainsi que fondateur de l’agence Vademecom et de son réseau Paneuropéen ComUnity.pro. Grand curieux, il possède de nombreuses passions comme l’ornithologie et n’est jamais aussi heureux qu’avec un bon verre de vin dans une main et un cigare dans l’autre.

Confirmer