Quand une entreprise grandit, elle doit engager de nouveaux collaborateurs. Mais il arrive aussi parfois que vous deviez vous séparer de collaborateurs fidèles et qualifiés, parce que leurs compétences ne correspondent plus aux besoins de votre entreprise. Bart Van der Roost de NeoScores partage son expérience en la matière.

Hire slow, fire fast

“Trouver les bons collaborateurs représente souvent un fameux défi. Je pense cependant que le recrutement de capital humain constitue l’un des principaux investissements que vous puissiez et deviez faire en tant qu’entrepreneur”, explique Van der Roost. “C’est pourquoi j’applique le principe ‘hire slow, fire fast’. Trouver le bon collaborateur demande du temps et des efforts."

"Si je constate qu’un collaborateur ne possède pas les compétences que je recherche, je lui en fais part le plus rapidement possible, par exemple lors d’un entretien d’évaluation. Mais s’il apparaît qu’il n’y a vraiment pas de perspective de développement pour lui dans mon entreprise, je prends une décision radicale (celle de licencier) plutôt que de laisser la situation empirer.”

La communication est vitale pour une politique RH humaine

“L’expérience m’a appris que, bien qu’il soit parfois nécessaire, un licenciement peut représenter un drame personnel – tout comme la fin d’une relation. C’est pourquoi je mets toujours un point d’honneur à traiter la personne de manière respectueuse. La communication joue un rôle crucial à cet égard. Je privilégie, par exemple, un entretien personnel plutôt qu’une lettre ou un mail. Cela me permet d’expliquer les choses et ma motivation avec une certaine humanité. Je trouve que la personne licenciée doit pouvoir prester son préavis et que nous devons nous quitter en bons termes - par exemple autour d’un verre, pour lui signifier que j’apprécie ce qu’il/elle m’a apporté. Cela me permet aussi de toujours regarder la personne droit dans les yeux et de garder d’agréables contacts.”

“Un licenciement peut également produire un impact majeur au sein de votre équipe. A cet égard, il s’agit de communiquer sans détours et honnêtement avec vos collaborateurs. Je leur expose toujours les raisons d’un licenciement et j’essaie de situer les faits dans un contexte plus large, sans me limiter à la situation personnelle, pour qu’ils comprennent que j’ai pris ma décision en fonction des intérêts de l’organisation et, par conséquent, de la préservation de leur propre emploi.”

Avez-vous déjà dû licencier? Partagez votre approche avec vos homologues entrepreneurs dans les comments ou sur nos réseaux sociaux !

Bart Van der Roost

Bart Van der Roost

Bart Van der Roost travaille depuis toujours dans le secteur de la musique classique. Renonçant à son poste de chef au Brussels Philarmonic, il a lancé neoScores, une entreprise qui propose des partitions numériques en ligne via la plateforme Gustaf.

Confirmer