Steven travaille depuis la mi-2016 dans l’entreprise sociale Bombyx. Steven est en chaise roulante, mais cela ne le gêne guère dans l’exercice de sa fonction de support.  Lyn Verelst, manager de Bombyx, estime que cela nécessite souvent une certaine adaptation, mais ne pose jamais de grandes difficultés.

Le processus de sélection

Bombyx est une entreprise belge qui assure le lien entre des marques commerciales occidentales et des ateliers de production responsables dans le Sud, notamment au Pérou, en Inde et au Kenya. Bombyx est une petite société qui emploie 200 Péruviennes. En Belgique, la société compte, outre la manager Lyn Verelst, une couturière et une tisseuse pour le support technique, toutes deux à mi-temps. Par ailleurs, l’entreprise compte deux collaborateurs opérationnels qui assurent les tâches commerciales et administratives.

Début 2016, Steven a posé sa candidature pour cette fonction administrative. Il a posté son offre sur un site spécialisé pour les ONG, 11.be. Au vu de son expérience professionnelle passée, Lyn a considéré que son profil pouvait convenir pour ce poste : il était communicatif, pragmatique et autonome. Dans sa lettre de candidature, Steven n’avait pas encore évoqué sa chaise roulante. Comme il avait été retenu parmi les trois meilleurs candidats, il fut invité à un entretien d’embauche au cours duquel il a fait état de son handicap.

Un dialogue ouvert

Lorsqu'elle a entendu parler de la chaise roulante, Verelst s’est imaginé tout ce qui pourrait poser problème. "Serait-il capable d’aller vérifier le stock dans la cave ? Pourrait-il se déplacer suffisamment? J’en suis finalement arrivée à la conclusion suivante : qui suis-je pour décider ce qu'il peut et ne peut pas faire ? Je vais simplement lui expliquer les tâches à effectuer et lui demander si c’est bien possible pour lui."

"Durant l'entretien d'embauche, nous avons discuté durant un quart d'heure de son handicap. Steven avait suffisamment d'arguments pour démontrer qu'il était capable de s'en sortir seul, ce qui fut confirmé par son employeur précédent. Son handicap impliquait certes certains défis, mais Steven faisait également montre de plusieurs beaux atouts."

Problèmes pratiques et solutions

Le handicap de Steven posait certaines difficultés pratiques. Ainsi, la toilette de l'actuel bâtiment était trop exiguë pour une chaise roulante. C'est pourquoi une cabine-toilette Dixi spéciale pour laquelle Bombyx a reçu des subsides (lien subsides) a été installée devant l'immeuble. C'est Steven lui-même qui a proposé cette solution. Il était en effet au courant des mesures qui existent, après quoi le responsable du personnel externe a pu les mettre en œuvre. C'est ainsi qu'il existe aussi un subside fédéral pour réduire les coûts salariaux, en tant qu’incitant de la part des autorités pour le recrutement des personnes handicapées. Vous trouverez via ce lien un aperçu de ces primes et mesures.

"Toutes ces questions pratiques demandent de s’adapter, mais ne constituent pas un réel problème", explique Verelst. "Au lieu d'aller chercher nous-même les colis, ceux-ci sont désormais souvent livrés par coursier. Ou lorsque Steven a dû partir au Pérou en déplacement professionnel, les règles des compagnies aériennes exigeaient qu'une deuxième personne l'accompagne et nous avons dès lors adapté les agendas. Nos collaborateurs sont aussi tout à fait prêts à faire un petit effort", ajoute la responsable. "Vous ne vous imaginez pas ce que cela représente jusqu’à ce que vous appreniez à connaître une personne handicapée. Je suis impressionnée par la manière dont il aborde les choses et ne peux qu'avoir de l’admiration."

Lyn Verelst

Lyn Verelst

Lyn Verelst est économiste de formation et combine deux emplois: la gestion de l'organisation de développement Solid et de sa filiale Bombyx.

Confirmer