Les fêtes de fin d’année se prêtent bien tant à communiquer qu’à fédérer les forces vives au sein de l’entreprise. Si l’on sait trouver le juste milieu et appliquer les bonnes pratiques, l’événement n’est plus une simple obligation mais un véritable bon moment, enrichissant pour chacun.

En faire un outil de communication

Célébrer les fêtes (Saint-Nicolas, Noël, Nouvel An, etc.) au sein d’une entreprise ne s’improvise pas. Il convient d’analyser et de garder à l’esprit les aspects suivants:

Une soirée du personnel est un outil de communication à double tranchant. Comme un team building, selon qu’il sera optimal ou pas, l’événement servira comme il desservira l’employeur et l’entreprise.

Savoir fédérer avec empathie

Qui dit « communication », dit « empathie ». Aussi, il est bon d’impliquer le personnel. L’employeur  épargne en effet à chacun des frustrations si, avec son équipe, il tente de :

  • cerner le type d’événement d’entreprise souhaité par ses collaborateurs ;
  • clarifier ses propres possibilités (budget, logistique…).

Sur de telles bases, la fête pourra remplir sa mission : permettre à tous de se rencontrer autrement qu’au travail et resserrer —voire créer— des liens tout en relâchant la pression. A la clé : une meilleure ambiance mais aussi une production accrue.

Choisir le bon timing, le bon endroit

Le mois de janvier est propice à plus de disponibilité pour tous, une fois le rush de décembre passé. C’est aussi le bon moment pour faire le point sur l’année écoulée et donner le cap de la suivante.

Quant au jour idéal, plusieurs pistes sont possibles:

  • en semaine, l’employé se rendra à la soirée après le travail, mais il sera moins présent le lendemain, et cela coûte ;
  • le vendredi soir risque d’empiéter sur le week-end et de générer des désistements ;
  • pas le week-end, à moins d’inviter aussi les familles des employés en toute convivialité. Cependant, il faut souligner que plus de participants demandent également plus de moyens.

La fête aura lieu :

  • sur le lieu de travail, à condition de sortir de l’ordinaire en y mettant une petite couche de gamification et d’implication des équipes
  • à l’extérieur de l’entreprise, si les possibilités de logistique et de trajets de chacun sont rencontrées

Considérer ces divers paramètres est une façon pour l’employeur de montrer sa bonne volonté de chercher un équilibre, mais aussi de motiver l’employé à être de la fête.

Créer l’ambiance adéquate

En terme de ton et de décorum, il convient d’en faire ni trop ni trop peu. L’un comme l’autre risqueraient de délier les mauvaises langues ou de nuire à l’image de l’entreprise.

Sans s’improviser G.O. (« Gentil Organisateur »), le patron aura également à trouver sa place lors de cette soirée. Il pourra, par exemple, proposer un discours qui remue les cœurs, ponctué d’encouragements et de remerciements pour son équipe, quitte à se faire aider par un professionnel de la communication.

Il est important pour lui/elle aussi de pouvoir passer un bon moment avec son personnel, mais en sachant s’éclipser à temps afin de garder autorité et crédibilité.

Eviter les dérapages et responsabiliser chacun

L’image de l’employé, tout comme son intégrité et sa sécurité doivent être assurées. Cela incombe à l’employeur, au risque que sa responsabilité soit engagée en cas d’incident. L’alcool constituant la cause principale de dérapages, il sera judicieux d’inciter son équipe à la modération. Si l’on ne veut ni renoncer à servir de l’alcool ni jouer les moralisateurs, pourquoi ne pas distribuer des éthylotests, voire des chèques-taxis ?

Avec tous ces éléments bien réfléchis et mis en place, une fête du personnel constitue une réelle opportunité managériale. Dans une équipe, petite ou grande, cela peut même générer, en une seule soirée, un tout nouveau climat.

Marc Henri De Bruyne

Marc Henri De Bruyne

Marc Henri De Bruyne est Professeur de Relations Publiques à la Haute Ecole Libre de Bruxelles, consultant en Communication ainsi que fondateur de l’agence Vademecom et de son réseau Paneuropéen ComUnity.pro. Grand curieux, il possède de nombreuses passions comme l’ornithologie et n’est jamais aussi heureux qu’avec un bon verre de vin dans une main et un cigare dans l’autre.

Confirmer