Souvent considéré comme le parent pauvre des réunions d’entreprises, l’entretien d’évaluation ou « l’entretien individuel », comme préfère le nommer Yves Singulé, peut être mal vécu et considéré comme une perte de temps lorsqu’il est mal géré. Cela s’explique souvent par un manque de préparation. Découvrez comment le rendre constructif avec Yves Singulé, coach en Ressources Humaines.

Quelle utilité ?

L’objectif est de faire progresser le collaborateur. « Si la réunion se base sur le vécu immédiat, le risque de rester dans la superficialité est grand. On passe à côté de l’objectif réel : faire le point sur la motivation et les compétences tout en veillant à dégager des perspectives pour le futur », souligne Yves Singulé. Cependant, si l’entretien est uniquement construit comme un constat sur le passé, il sera aussi mal vécu et ne participe alors pas à faire avancer le projet de l’entreprise. 

Le but n’est pas uniquement d’évaluer mais aussi d’écouter ses collaborateurs. Il s’agit d’un moment privilégié en tête-à-tête qui permet aussi de détecter si la personne est dépassée, s’ennuie dans sa fonction ou connait des problèmes. Il faut faire preuve d’empathie sans toutefois se laisser envahir par l’émotion : la relation doit rester humaine certes mais toujours professionnelle. 

Comment le préparer ?

Pour en faire une expérience positive, il faut le préparer. C’est au manager qu’incombe cette tâche, idéalement au n+1 qui est en contact direct avec l’employé et donc le plus apte à l’évaluer. C’est également à lui de créer les conditions favorables à l’entrevue : 

  • En privilégiant un lieu familier et convivial comme une salle de réunion et en évitant les lieux trop symboliques comme le bureau de la direction, qui pourraient être mal interprétés et créer une pression inutile.

  • En y mettant les formes et en veillant à dégager le temps nécessaire dans son agenda et à couper ses e-mails et son GSM.

  • En étant factuel et en ne comparant pas les employés entre eux. Car lorsque des bons et des mauvais points sont distribués, cela a pour conséquence de créer une compétition stérile dans les couloirs. 

Les trois règles d’or du « people manager »

  1. Investissez dans l’humain ! « Envisagez-le comme un investissement et non comme une dépense car vos collaborateurs incarnent le réel levier de votre entreprise. Nombre d’organisations font des investissements colossaux en matériaux et en infrastructures sans penser à l’humain », insiste Yves Singulé.

  2. Sortez le nez du guidon et accordez du temps à vos collaborateurs ! Soyez à l’écoute de leurs besoins car en retour ils seront à l’écoute des vôtres.

  3. Exprimez clairement vos attentes. Cela débute dès le recrutement. Elaborez une description de fonction détaillée qui clarifiera les tâches et permettra d’élaborer une grille d’évaluation tout en déterminant des objectifs clairs.

Yves Singulé

Yves Singulé

Fort de son expérience de dirigeant d’entreprise, Yves Singulé a compris que l’un des enjeux majeurs du parcours d’entrepreneur est de gérer l’humain. Après avoir cofondé puis géré son entreprise durant dix ans, il décide de valoriser son expérience de gestion de talents au sein d’une société de conseil en Ressources Humaines.

Confirmer