Les collaborateurs en bonne santé sont productifs et les personnes malades doivent rester à la maison: le cliché est trop gros pour ne pas requérir certaines nuances. Gina Volkaert, porte-parole d'AbbVie, l'un des partenaires du projet pilote Activ84worK (lisez: activate for work) visant à proposer un emploi de qualité aux collaborateurs atteints d'une maladie chronique, explique pourquoi et comment ceux-ci peuvent représenter une force positive au sein de votre entreprise.

Comment intégrer un collaborateur souffrant d'une maladie chronique?

Les collaborateurs souffrant de maladie chronique sont souvent victimes sur leur lieu de travail de préjugés et d'une image qui ne correspondent pas toujours à la réalité, comme: ils sont souvent absents ou on ne peut pas compter sur eux. "Pourtant, tel n'est pas toujours le cas", insiste Volkaert. "Beaucoup de personnes souffrant de maladie chronique ne demandent pas mieux que de participer activement à la vie sociale. Et c'est d'ailleurs possible pour beaucoup d'entre elles. Souvent, il n'y a simplement aucune difficulté pratique."

"Notre initiative vise des personnes qui souffrent d'inflammation intestinale, ce qui les oblige à aller très fréquemment aux toilettes, tandis qu'elles se sentent souvent fatiguées lors des crises. Nous nous concertons avec leur employeur pour organiser leurs horaires de telle manière qu'ils puissent travailler certains jours depuis leur domicile. Et le résultat est extrêmement positif: le collaborateur est moins stressé, davantage motivé et ses jours de maladie sont en diminution.”

Cette initiative a été prise avec des moyens limités puisqu'un ordinateur portable et une connexion internet ont suffi. "De même, quelques petites adaptations peuvent permettre d'améliorer sensiblement les conditions de travail d'un malade chronique. Pour les personnes victimes de la maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique, un bureau installé à proximité des toilettes représente un monde de différence." De même, les pauses flexibles pour manger ou prendre un médicament constituent un point positif non-négligeable.

"Ce que nous avons surtout constaté, c'est que la confiance et le dialogue ouvert entre employeur et employé sont essentiels. Parler des besoins de chacun favorise la compréhension mutuelle, ce qui facilite la relation. De même, les problèmes remontent plus rapidement à la surface et sont donc aussi réglés plus efficacement."

La collaboration est essentielle

Au final, il suffit de quelques aménagements simples pour atteindre déjà de bons résultats. La rentabilité de tels investissements en sera d'autant plus élevée. "Tout d'abord, l'employé sera plus motivé, davantage productif et bien moins souvent absent que s'il n'est pas encadré. Par ailleurs, en se focalisant moins sur ce que le collaborateur ne sait plus faire, mais plutôt sur ce qu'il sait encore faire, l'employeur peut découvrir de nouveaux talents et développer de nouvelles compétences", dixit encore Volkaert. "Ce qui représente une plus-value pour votre entreprise."

En outre, de tels collaborateurs se révèlent particulièrement fidèles. Une personne avec laquelle vous entretenez de bonnes relations et qui est heureuse au travail vous sera également reconnaissante pour la chance que vous lui avez donnée et ne sera guère tenté de nouveaux horizons.

Soutien pour une PME

Certes, chaque malade est différent et il appartient à chacun de voir jusqu'où il peut/veut aller et quelles adaptations il est prêt à assumer. Quoi qu'il en soit, Activ84worK peut constituer une source d'inspiration. Dans le cadre de ce projet pilote, AbbVie, Mensura, Proximus, SD Worx et les cliniques universitaires de Leuven ont uni leurs forces, avec le soutien de l'ASBL CCV (Crohn- en Colitis ulcerosa Vereniging), pour promouvoir la mise au travail de personnes atteintes de maladie chronique.

Si vous avez trouvé un candidat talentueux qui est limité sur son lieu de travail – officiellement une personne atteinte d'un handicap à l'emploi: une affection physique ou sensorielle qui rend difficile la recherche d'un emploi ou son exécution, ou un problème psychosocial ayant les mêmes conséquences – et qui est parfaitement insérée dans votre entreprise, sachez que plusieurs organisations et institutions peuvent leur apporter leur soutien. Si vous recrutez un tel profil, vous pouvez bénéficier d'une assistance tant financière que matérielle. Vous trouverez via ce lien un aperçu pratique de ces primes et mesures.

Gina Volkaert

Gina Volkaert

Gina Volkaert travaille comme responsable de la communication pour AbbVie Belgique et Luxembourg. La recherche et le développement sont les pierres angulaires des activités d'AbbVie. Activ84worK a été initié et stimulé par AbbVie en tant que nouvelle approche de travail dans une société plus saine.

Confirmer