De plus en plus d'entreprises postent des clips vidéo sur Facebook pour faire leur promotion. Quels sont les avantages du procédé, combien coûte-t-il, et comment toucher le public le plus large ? Yan Ketelers, de l'agence StoryMe, nous dit tout.

« Meaningful interactions »

Avant tout, il faut savoir une chose : Facebook a récemment changé l'algorithme qui détermine quels contenus les utilisateurs voient apparaître dans leur ligne du temps. Pour les entreprises, cela signifie surtout qu'elles devront payer pour les annonces si elles veulent que leur message passe. « Mark Zuckerberg l'a récemment annoncé : il entend privilégier les contenus des gens avec qui nous entretenons des ‘meaningful interactions’, c'est-à-dire des interactions qui ont du sens », explique Yan Ketelers. « Dans la pratique, il s'agit plutôt des contenus des amis et de la famille que de ceux des entreprises. Concrètement, si votre entreprise veut être sûre de toucher son public cible, vous allez devoir utiliser les annonces payantes sur Facebook. À défaut, beaucoup moins d'utilisateurs verront votre message. » 

Ciblage

Autre atout de Facebook : la possibilité d'adapter efficacement le message à un public déterminé. Si vous souhaitez vous adresser seulement aux personnes de 18 à 25 ans qui s'intéressent au basket-ball et qui habitent la région de Malines, c'est tout à fait possible. « Vous pouvez cibler suivant un grand nombre de critères », ajoute Ketelers. « Localisation, âge, centres d'intérêt, genre, et ainsi de suite. De même, rien ne vous empêche de propager votre message parmi les internautes qui sont déjà dans votre base de données. Pour cela, il suffit d'installer sur votre site un 'Facebook pixel', une sorte de cookie qui permet de suivre vos visiteurs et de leur adapter votre publicité

Sur le plan commercial, c'est très joli, mais les utilisateurs ne vont-ils pas craindre pour leur vie privée ? Ketelers nuance. « Cela dépend un peu de votre groupe cible », répond-il. « Souvent, les aînés trouvent cela un peu trop direct. Si c'est à eux que vous adressez, restez prudent. Pour la plupart des jeunes, en revanche, cela ne pose pas de problème. »

Quelle est la bonne durée d'une vidéo ?

L'annonceur débutant est confronté à une question épineuse : la durée idéale d’une vidéo.  « Pour la phase de sensibilisation, quand les gens ne connaissent pas encore votre marque, le clip peut être très court», estime Ketelers. « Huit secondes à peu près. Un peu plus long si vous êtes déjà plus connu dans le groupe cible. Quant aux marques les plus célèbres, par exemple Sporza, elles n'hésitent pas à diffuser des vidéos d'une minute ou deux. » 

Combien coûte la promotion d'une vidéo ?

En ce qui concerne les tarifs publicitaires, Facebook applique une règle relativement claire : plus vous souhaitez de portée ou de clics, plus il vous faudra débourser. « Un boucher qui souhaite toucher 3.000 personnes dans un rayon de 10 km autour de son village, s'en tirera à meilleur compte que Nike et son message destiné à tous les jeunes Européens », précise Ketelers. « Si vous visez surtout les clics, cela reste vrai. C'est également le but du Facebook pixel : plus il y a de personnes qui se rendent sur votre site via l'annonce ou qui achètent par exemple un ticket, plus cela vous coûtera cher, parce que vous payez à l'unité. Le prix d'une campagne dépend donc avant tout du public cible ou de votre objectif. Pour vous donner néanmoins une idée, Facebook impose un minimum pour les annonces à cliquer, à savoir 5 euros par promotion et par jour. Cela représente un 1 post qui touchera environ 500 personnes. »

Conseils pratiques

Pour conclure, encore deux conseils très pratiques pour ceux qui publient des vidéos sur Facebook. Yan : « D'abord, préférez les vidéos verticales ou carrées. Environ la moitié de tous les contenus Facebook sont regardés sur des smartphones. Les vidéos verticales ou carrées sont beaucoup plus pratiques. La plupart des gens n'ont pas envie de tourner leur téléphone pour regarder un clip. De plus, sur cette moitié, à peu près 85% sont visionnés sans le son, par exemple dans les transports en commun. Donc, si vous présentez une interview, n'oubliez pas de prévoir des sous-titres. Deuxième conseil : si vous ne diffusez pas des vidéos publicitaires payantes mais des clips ordinaires, servez-vous toujours de votre propre téléphone, même si vous avez retouché la vidéo sur un pc. Facebook saura que vous avez créé le film sur votre gsm, et ce type de contenu maison est privilégié par l'algorithme Facebook. »

Yan Ketelers

Yan Ketelers

Yan Ketelers a acquis plusieurs années d'expérience en tant que responsable marketing au sein de la société de transport Bubble Post avant de passer à StoryMe. Il y est maintenant Video Strategy Manager et, avec son équipe, aide les entreprises à atteindre leurs objectifs grâce à des vidéos.