Une entreprise qui réussit, c’est d’abord une entreprise qui a un business plan solide, décrivant en détail tous les aspects de votre organisation. Sabien Windels, de Rooffood, insiste sur l’importance d’un business plan bien pensé, mais elle est aussi convaincue qu’il doit pouvoir être traité avec souplesse, dans l’intérêt de votre entreprise.

Un business plan flexible: la règle d'or selon Rooffood

Sabien Windels, fondatrice de Rooffood, partage son expérience et nous rappelle l'importance du business plan et de s'accorder des temps morts.

Utilité d’un business plan

“Votre business plan est un excellent outil qui vous amène à réfléchir aux nombreuses facettes de votre entreprise”, explique Windels. “Il vous oblige à élaborer différents scénarios et à prendre une position critique par rapport à vos propres idées. Il vous aide en outre à rester réaliste et constitue un excellent fil rouge pour l’avenir. C’est aussi un argument de poids pour convaincre d’éventuels partenaires et/ou interlocuteurs financiers. Pour toutes ces raisons, un business plan est donc très utile.”

Un business plan n’est pas ‘sacro-saint’

Malgré les avantages clairs qu’offre un business plan, il faut parfois oser s’en écarter. “Si vous vous y tenez de manière trop stricte, vous risquez de perdre en dynamique. Et cela peut même parfois vous empêcher de réagir adéquatement aux besoins du marché, qui peuvent s’avérer différents de ce que vous aviez évalué.”

“Au départ, par exemple, nous n’avions pas l’intention de fournir du catering pour des événements”, avoue l’entrepreneur. “Nos deux objectifs principaux étaient les suivants : proposer aux entreprises des déjeuners composés à partir des légumes que nous cultivons nous-même sur le toit, et organiser des teambuildings liés à la cuisine et au jardinage. Mais comme nous recevions tellement de demandes pour fournir le catering à des événements d’entreprises, nous y avons répondu et nous remplissons donc aussi cette nouvelle mission.”

Qu’en est-il des gros investissements ?

“Dans un tel état d’esprit, on est obligé de bien réfléchir aux gros investissements que l’on souhaite réaliser”, insiste Windels. “Nous n’avons installé notre cuisine qu’après un an et demi. Avant cela, nous louions trois cuisines différentes, ce qui n’était pas pratique. Mais cela nous a permis de bien analyser ce dont nous avions exactement besoin et d’adapter parfaitement notre cuisine à nos exigences. Je conseillerais donc de réfléchir au moins 3 mois aux gros investissements avant de les réaliser.”

Veillez à la qualité

Dernière mise en garde de Windels pour éviter aux jeunes entrepreneurs d’être trop ‘secoués’ : “Au départ, dire oui à tout semble logique, parce que cela permet de remplir le carnet de commandes. Mais attention de ne pas se laisser submerger ... au détriment de la qualité. Etre flexible est une chose, mais garder l’esprit critique est tout aussi important, pour vous et votre produit.”

Sabien Windels

Contributeur:

Sabien Windels

Sabien Windels est ingénieur commercial de formation et associée en tant que chercheur au  Kaho St.-Lieven, où elle a mené des recherches sur les villes durables. Elle a également participé à la fondation de la coopération Rooffood, qui fournit des services de catering aux entreprises sur la base de légumes cultivés sur des toits, et elle organise des teambuildings.

Confirmer