Entreprenariat et leadership ont de plus en plus la cote aujourd’hui. Mais qu’est-ce qu’un bon leadership en réalité ? Cela s’apprend-il ou s’agit-il plutôt d’un don ? Bene Bailleul, coach en leadership, partage sa vision. 

Qu’est-ce qu’un bon leadership ?

“Définir le bon leadership n’est pas chose facile”, avoue Bene Bailleul, qui forme et coache les entrepreneurs sur le leadership et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet. “Pour moi, il s’agit avant tout de créer un environnement et une culture qui vont permettre à votre équipe de donner le meilleur d’elle-même. C’est l’essence même du leadership”, explique-t-il. “Il est vital de construire une culture qui fait en sorte que les gens ont envie de venir travailler et sont prêts à se dépasser de temps en temps.”

Un leader influence le fonctionnement de son équipe

La manière dont on se positionne comme leader a une influence importante sur l’équipe. “Prenez un chef qui pratique le micromanagement dans tout : c’est-à-dire quelqu’un qui donne beaucoup d’ordres concrets et qui veut encore tout (re)contrôler lui-même. Il ne faudra pas s’étonner si, dans un tel climat, les collaborateurs prennent rarement des initiatives... Et si ce type de chef est remplacé par quelqu’un qui a un autre style, l’équipe se sentira perdue parce qu’elle n’aura pas été habituée à fonctionner avec plus de souplesse par exemple.”

L’acronyme I-M-P-A-C-T

Remettez-vous constamment en question et envisagez consciemment votre leadership.
Le mot ‘Impact’ est un acronyme qui, selon Bene, reflète clairement ce qu’est un bon leadership. 

  • ‘I know what I want’. Le leadership commence par vous-même : que voulez-vous ? Où voulez-vous aller ? Qui sont vos exemples ? On voit souvent des gens qui viennent d’être nommés à des postes à responsabilité et qui foncent sans réfléchir. Il vaut beaucoup mieux commencer doucement, et même tâter d’abord le terrain, observer comment l’équipe se comporte et vérifier où pourraient surgir d’éventuels problèmes.”

  • ‘Mon équipe est prête’. Tout comme vous, les membres de votre équipe doivent se préparer et avoir le temps d’absorber le changement de management. Prenez, vous aussi, le temps de mieux les connaître et de découvrir leurs points forts et ce qui peut être amélioré.” 

  •  ‘Passion’. La passion est ce qui fait vivre une organisation,  mais c’est aussi le carburant d’un leader accompli. Pouvoir faire rayonner le ‘feu sacré’ est un immense avantage. Surtout dans de petites PME où, sous la pression de la routine quotidienne, ce feu se transforme soudain en une flamme vacillante. En tant que patron, il est capital que vous continuiez à ressentir cette passion.

  • ‘Approche des points d’amélioration’. Un bon leader ne se contente pas de regarder, passivement. Dans toute organisation, il y a des choses à améliorer. Souvent, ce sont des choses qui sont là depuis des années et que personne n’a jamais songé ou osé aborder. Il appartient à un leader d’identifier justement ces habitudes et de se mettre au travail. Il ne doit pas nécessairement s’agir de ‘grandes’ choses. Parfois, ce sont de tout petits détails comme par exemple un câble qui traîne par terre et sur lequel tout le monde trébuche.” 

  • ‘Coaching’. Développer vos collaborateurs est l’une de vos principales missions en tant que leader, car au final, ce sont eux qui exécutent le travail. Très souvent, je vois des leaders courir dans tous les sens pour éteindre en permanence des incendies. Cela peut arriver bien sûr, mais je pense qu’un leader doit surtout réfléchir à long terme et mettre en place d’importantes balises. La communication joue un rôle capital à cet égard. Et par communication, je ne veux pas dire que c’est vous qui devez tout le temps parler. Au contraire : vous devez surtout écouter vos collaborateurs.”

  • ‘Tous ensemble, profiter’. Il n’est absolument pas défendu de s’amuser en travaillant. Et d’en profiter tous ensemble, vous et vos collaborateurs. L’équilibre résultat-relation est important. Si vous ne visez que le résultat, vos collaborateurs finiront comme des citrons pressés. Si vous ne visez que la relation, vous n’en retirerez pas grand-chose et la plupart de vos collaborateurs se sentiront frustrés.

Le fil rouge? L’introspection !

Donc, un bon leadership, cela s’apprend, souligne Bailleul. “Bien sûr, tout le monde n’est pas un leader né; mais il est certainement possible de s’approprier certaines compétences de base. Je vois également, durant mes sessions, comment les gens changent et je constate qu’ils arrivent à des résultats bien supérieurs à ce qu’ils avaient jamais osé espérer.”

L’introspection est donc un trait de caractère que Bailleul retrouve chez la plupart des bons leaders. “Remettez-vous sans cesse en question et abordez votre leadership de manière consciente. Quel est l’impact de tout ce que je fais et pense? Quels sont les effets et conséquences de mes actes ? Nous vivons tous dans une société pressée, stressée, où tout doit aller vite : un bon leader réfléchit avant d’agir.”

Bene Bailleul

Bene Bailleul

Bene Bailleul est l’inspirateur et le fondateur de l’Ecole du Leadership. Il a écrit l’ouvrage ‘Leidinggeven met IMPACT’ (‘Diriger avec impact’) et donne des séminaires sur le leadership. Il a lui-même dirigé des équipes de 1 à 200 personnes, notamment au Ministère de la Défense.