« Etre créatif », voilà une qualité à laquelle tout le monde aspire. Mais d’où vient-elle et comment l’appliquer à l’esprit d’entreprise ? Voici quelques trucs et astuces qui ressortent de l’expérience personnelle de Julie Seutin de Floom. 

Floom: la créativité comme solution

Julie Seutin, fondatrice du magasin web de céréales biologiques Floom, souligne l’importance de la créativité à tous les stades de l’entrepreneuriat.

Contrairement à ce qu’on pense souvent, la créativité n’est pas uniquement l’apanage des artistes, des photographes et des écrivains. La créativité c’est avant tout une attitude, une façon de voir les choses et de chercher des solutions. Vous pouvez non seulement l’utiliser au sein de votre entreprise lorsque vous développez des slogans ou des packagings, mais vous pouvez aussi la mettre à profit dans les petites choses du quotidien. Par exemple dans la façon dont vous configurez votre facture. 

Le bon état d’esprit

Bien sûr, la question demeure: comment stimuler votre «créativité»? Faut-il attendre l’inspiration divine ? Avez-vous besoin d’y réfléchir attentivement ? La plupart du temps non. Etre créatif est intimement lié à l’abandon des vieilles habitudes et à une distanciation vis-à-vis des conventions. « La créativité est quelque chose qui s’apprend, il ne s’agit pas d’un don inné. C’est avant tout un état d’esprit. Je suis d’ailleurs convaincue que tout le monde est créatif, mais que la plupart des gens n’osent simplement pas. Ou alors les gens perdent cette faculté. Les enfants sont d’ailleurs souvent plus créatifs que les adultes, sans doute parce qu’ils se moquent du qu’en-dira-t-on» explique Julie. 

A bas les « tueurs d’idées »

Vous pouvez vous entrainer à associer librement vos idées et à vous poser les questions les plus absurdes : pourquoi faire les choses de cette manière et pas autrement ? Dans cette phase, ne vous mettez aucune limite : tout est possible. « Si je teste des recettes de granola, pourquoi ne pas y ajouter des épices inattendues ? » Mon entourage réagit alors : « es-tu sûre de vouloir faire cela ? ». Pour moi c’est un signe de le faire ! Ne vous laissez pas distraire par les tueurs d’idées comme « cela ne fonctionnera pas » ou « cela a déjà été fait », sinon vous resterez toujours bloqué sur ce que vous savez déjà. » explique Julie. 

Cyriel Kortleven souligne que pour donner une chance à aux idées de s’épanouir il ne faut pas être directement trop critique. « Lors de vos réunions et de vos sessions de brainstorming faites usage de la règle des trois minutes : trois minutes pour tout accueillir positivement et donner une chance à chaque idée. Le mot « non » ne doit pas être entendu ! »


Faire venir l’inspiration

« Je me laisse inspirer par tout ce qui croise mon chemin: livres, internet, routines journalières, problèmes, conseils, … Il est important de laisser la porte ouverte aux nouvelles idées » souligne Julie.

« Si de telles sources d’inspirations ne suffisent pas, vous pouvez toujours essayer de résoudre le problème d’un point de vue différent : comment Steve Jobs, Gandhi, Superman ou un enfant de six ans réagiraient-ils face à cette situation en particulier ? » ajoute Cyriel. «Tout ce que vous vient à l’esprit est utile! ». 

Julie Seutin

Julie Seutin

Julie Seutin (29 ans) a étudié le Développement de produits à Anvers et a été touchée par le virus de la cuisine. L'an dernier, elle a lancé son propre magasin web, Floom, qui vend des céréales biologiques pour petit-déjeuner. A terme, elle entend faire de Floom une marque associée à tout ce qui concerne l'alimentation saine.

Confirmer