Bizcover a récemment organisé un concours invitant les entrepreneurs à raconter leur plus grand défi et la façon dont ils l’ont surmonté. Pascal Duquesne de ONETEC est l’un des gagnants et nous fait part de son expérience :

« Ma structure est une PME qui fournit des solutions technologiques aux organisateurs d’évènements. Ces solutions visent à en augmenter l’efficacité et à apporter une réelle valeur ajoutée en offrant de nouvelles expériences aux participants. Fin 2011, nous apprenons que notre partenaire CERIX, le leader belge de la location IT à court terme, dépose le bilan. Absorber cette entreprise est alors pour nous une formidable opportunité. Toutefois, c’est la déception : un employé a déjà traité avec le curateur! Désormais le défi est double : il faut convaincre le repreneur de nous céder l’entreprise et trouver des sources de financements en pleine crise économique … pratiquement déplacer une montagne ! »

« Il aura fallu six mois de négociations pour briser le premier obstacle. La stratégie a été de convaincre le repreneur que l’entreprise n’était pas viable en état et qu’il nous suffirait d’attendre la faillite au risque de perdre clients et argent (le tout avec un peu de bluff !). Le deuxième obstacle fut de trouver un partenaire financier puis de le convaincre de l’opportunité de cette fusion. Business modèle, plan financier, projection, motivation, une porte, deux portes, et finalement la troisième porte fut la bonne, avec tout de même une hypothèque en deuxième rang pour partager le risque. »

« Traduire une idée en business présente de nombreux obstacles mais est tellement grisant lorsqu’elle aboutit. Depuis cette fusion, l’entreprise a doublé son chiffre d’affaires, absorbé deux autres concurrents et présente en 2015, le meilleur bénéfice de son histoire. En parallèle au développement interne, absorber une entreprise en difficulté est un moyen rapide d’augmenter ses parts de marché, de diversifier ses activités (tout en les maitrisant) et d’élargir sa base de clients. Ce dernier point apporte trois avantages concurrentiels : il est plus facile de rassurer un client existant que de trouver un nouveau client ; il permet d’augmenter le chiffre d’affaires grâce à ce portefeuille de clients et par des synergies à travers les différentes activités ; enfin, cela permet de réduire le risque de dépendance. »

Pascal Duquesne a créé la société CONNECT. En 2002, après la fusion avec le groupe APPROACH, Pascal fonde la société ONETEC. L’entreprise offre des solutions opérationnelles aux organisateurs d’évènements pour l’enregistrement des participants, la location de matériel informatique et facilite l’interactivité et la gestion des infrastructures de communication. 

Confirmer