On ne présente plus la smartwatch, cette montre « intelligente » promise à un bel avenir grâce à l’ingéniosité de fabricants qui cherchent à transformer ce gadget connecté en redoutable outil de productivité. Mais l’entrepreneur branché doit-il pour autant succomber aux sirènes d’un accessoire certes en vogue, mais encore améliorable et vendu à des tarifs prohibitifs ? 

Un « objet connecté » apprécié des jeunes travailleurs

Les analystes l’affirment : les objets connectés vont rapidement s’imposer dans le contexte professionnel. Pour Deloitte et Harris Poll, l’usage de la smartwatch en entreprise ne fait plus aucun doute . D’après eux, 42% de la nouvelle génération de travailleurs (18-34 ans) possèderait déjà un objet connecté ou envisage d’en acquérir à court terme. Nul doute que ces accessoires viendront bousculer les méthodes de travail en entreprise.


Des montres intelligentes ... Réellement ?

De l’aveu des premiers utilisateurs de smartwatch, l’appareil comporterait au moins un réel atout : les notifications. Que l’on opte pour la médiatisée Apple Watch ou une Samsung Galaxy Gear, plus besoin de sortir son smartphone à tout bout de champ lors d’une réunion de travail, en voiture ou chez le client. Un simple coup d’oeil au petit écran fixé au poignet permet de visualiser les notifications reçues sur le smartphone (appels, SMS, e-mail, rendez-vous, agenda, météo, bourse, etc). 

Les développeurs ont d’ailleurs compris tout le potentiel de ces appareils en fournissant des applications de plus en plus utiles et spécialisées. De quoi couvrir de vastes besoins, comme la dictée vocale (OneNote, Google Keep), le partage de contenu façon Dropbox  (exemple : Trello), ou encore la gestion de planning de type « to do list » (CalenGoo).

Accessoire perfectible !

Reste que la première génération de smartwatch est loin de faire l’unanimité tant les défauts freinent encore son essor prochain : autonomie limitée, dépendance au smartphone, ergonomie, lenteur d’affichage, ou encore tarifs exorbitants pour des objets condamnés à une obsolescence rapide.

Faut-il dès lors sauter à pieds joints sur la première smartwatch venue ou encore attendre ? Réponse de Normand : les adeptes précoces essuieront les plâtres en attendant de prochains modèles qui se bonifieront avec le temps.

Boris Jancen

Contributeur:

Boris Jancen

Rédacteur en chef du mensuel Inside digital media depuis 2006, Boris Jancen s’est imposé comme observateur avisé du marché digital dans toutes ses composantes, du mobile au social en passant par le cloud ou l’e-commerce.

Confirmer