L'achat d’occasion est en vogue. Les magasins d'objets usagés sont plus populaires que jamais, et de plus en plus d'internautes fréquentent les sites qui proposent des articles de seconde main. Fons Tooten, du site d'enchères Vavato, explique pourquoi l'achat en seconde main profite à toutes les parties.

Le business des sites d'enchères pour articles de seconde main

La seconde main n'a jamais été aussi populaire. De plus en plus d'internautes fréquentent les sites de vente aux enchères. Les fondateurs de Vavato nous expliquent pourquoi.

Il y a un an, Fons Tooten lançait avec deux amis le site d'enchères en ligne Vavato, spécialisé dans les produits industriels, les excédents de stock et les objets issus de faillites. Aujourd'hui, le site compte quelque 9000 vendeurs et enregistre plus de 2 millions d’euros de transactions.

Deuxième main: deux gagnants

Un objet de seconde main possède un grand avantage : son prix. » Pour l'entrepreneur qui se lance avec un petit budget, l'achat d'occasion peut être une option intéressante. « Naturellement, il faut examiner avec soin ce que vous achetez. Certains défauts discrets n'apparaissent que quand il est trop tard », avertit le jeune patron.

Mais l'occasion est aussi une bonne affaire pour le vendeur. « Nous insistons toujours : les objets dont vous n'avez pas plus besoin peuvent se transformer en liquidités dans les 3 semaines. Des liquidités à nouveau disponible pour votre entreprise. Autrement dit, c'est un bon moyen pour réveiller l'argent qui dort », résume Tooten.

L'entrepreneur gagnant

Bref, des avantages pour toutes les parties. Mais pourquoi ne pas entamer soi-même ce type d'activité ? Le marché de l'occasion a largement dépassé le stade des puces et des petites annonces. C'est devenu un véritable business. « Et l'économie de seconde main est beaucoup plus transparente qu'il y a une dizaine d'années. Nous travaillons même pour des pouvoirs publics. L'image poussiéreuse des enchères d'occasion appartient définitivement au passé. »

Il n'empêche que le succès dépend aussi de l'innovation. Personne n'attend un nouvel Ebay ou un nouveau Kapaza. « Pour nous distinguer, nous regroupons par exemple des objets pour les mettre en vente en lot. C'est une garantie de réussite. »

Il ne faut pas non plus avoir peur des nouvelles technologies. « Sur les réseaux sociaux, par exemple, nous cherchons activement des acheteurs pour certains articles et nous faisons de la publicité ciblée. Et tout se fait en ligne : pas besoin de prendre un jour de congé pour assister aux enchères », souligne Tooten.

Vavato est la preuve vivante du potentiel du marché de l'occasion. « Nous avons débuté avec 3 partenaires. À présent, nous employons 2 salariés et nous sommes à la recherche d'un 3e. Un doublement en un an ! »

Un quatrième gagnant ?

L'environnement est gagnant aussi. Une chaîne de magasins de seconde main en Flandre, Kringwinkel a calculé qu'il économisait 65 000 tonnes de CO2 rien qu'en réutilisant des articles. Pour l'ensemble de l'économie de seconde main, il faut sans doute multiplier ce chiffre.

« Je crois que la tendance de l'occasion s'inscrit aussi dans la perspective plus large d'une société plus durable. Les gens jettent moins vite. Ils comprennent que les choses dont ils n'ont plus besoin peuvent encore servir à d'autres. »

Fons Tooten

Contributeur:

Fons Tooten

Fons Tooten a créé le site d'enchères Vavato en 2015 avec 2 amis. Après un an, le site compte déjà 9000 utilisateurs enregistrés dans plusieurs pays, et leur nombre ne cesse de croître.

Confirmer