La révolution numérique poursuit son chemin inexorablement. Après quelques secteurs grand public spécifiques (musique, transport, voyages, etc.), des domaines moins évidents sont désormais aussi impactés. Dont les soins de santé. Lars Grieten, fondateur de FibriCheck, partage son expérience d'entrepreneur dans les soins de santé. 

“FibriCheck est le résultat d'une thèse de master présentée par un cofondateur et qui n'avait pas abouti," explique Lars Grieten. “Voici 3 ans environ que nous nous sommes mis au travail. Nous avons d'abord réalisé une évaluation interne avant de procéder à une validation clinique au sein de l'hôpital Ziekenhuis Oost-Limburg. Celle-ci s'est effectué sans accro, ce qui a marqué le signal de départ de la finalisation de cette appli.”

FibriCheck est une appli belge développée par quelques 'cerveaux' de la Mobile Health Unit de l'Université de Hasselt. Cette appli peut aider à prévenir les hémorragies en détectant un trouble particulier du rythme cardiaque, mais peut également être utilisée pour le suivi des cardiaques.

Un plan d'entreprise en 100 jours

Grieten et son équipe sont partis pour ce faire à Berlin où ils ont été hébergés par un incubateur financé par le géant pharmaceutique Bayer. “Sur base de leur coaching, ils nous ont donné cent jours pour élaborer un plan d'entreprise”, poursuit Grieten. “Par la suite, la gantoise iMinds nous a également rejoint comme investisseur.” 

L'un des défis majeurs avec ce type d'appli est d'être totalement crédible au risque de voir les médecins s'en désintéresser. C'est pourquoi un dossier clinique a été déposé auprès de l'UE pour bénéficier d'une certification EU. “Il s'agissait d'un processus très rigoureux qui a coûté beaucoup de temps et d'énergie, mais qui représentait une absolue nécessité pour nous”, souligne Grieten. “Fibricheck présente une dimension médicale, ce n'est pas un gadget ou un jouet. En outre, l'appli n'est aujourd'hui disponible que sur ordonnance délivrée par un médecin traitant.”

Au plan commercial, Grieten se dit convaincu que ce marché se trouve à l'aube d'une forte croissance. “Ce syndrome affecte fréquemment les personnes âgées. Or compte tenu du vieillissement, les cas seront donc toujours plus fréquents. En outre, un nombre croissant de personnes âgées dispose d'un smartphone, ce qui est une bonne chose pour notre secteur. Et, élément non-négligeable, l'appli est totalement basée sur du logiciel, ce qui signifie que nous ne devons absolument pas prendre en compte des coûts de fabrication élevés de matériel, ce qui nous permet d'être très accessible et de pouvoir nous adapter très rapidement.”

Aucun cadre juridique pour les applis de santé mobile

Ces perspectives encourageantes ne signifient pas qu'il n'y a aucun défi dans ce secteur. Grieten en énumère quelques-uns. “La crédibilité est très importante, ce qui explique que nous ayons la certification UE. Mais nous sommes aussi confrontés à l'absence totale de législation et de cadre juridique pour les applications de santé mobile. Par ailleurs, nous devons convaincre les médecins d'utiliser une appli. Or à ce niveau, il existe une grande différence entre les jeunes médecins et leurs collègues plus âgés.”

Par ailleurs, in convient également de tenir compte du processus de remboursement, lequel est différent dans chaque pays européen. “Nous essayons de travailler en dehors du système de remboursement, dans la mesure où cette dépendance induit un retard énorme”, estime toujours Grieten. “Nous souhaitons par exemple nouer des partenariats actifs avec d'autres acteurs du secteur des soins. C'est ainsi que les firmes pharmaceutiques et les organismes d'assurances représentent pour nous des interlocuteurs intéressants.”

Pas encore d'écosystème pour l'innovation en Belgique

Pour une partie du financement de FibriCheck, Grieten s'est tourné vers l'étranger. La Belgique n'est-elle plus partie prenante dans ce secteur? “Il y a certainement de bonnes idées en Belgique. L'innovation suscite beaucoup d'intérêt, mais le climat pour les applications innovantes n'est pas toujours favorable. C'est pourquoi plusieurs applis de santé se sont tournées vers l'étranger, où l'écosystème est très performant. Heureusement, il existe quelques centres médicaux et médecins d'avant-garde qui sont ouverts aux nouvelles technologies. De même, les différents niveaux de pouvoirs publics lancent des initiatives intéressantes pour essayer de renverser la tendance, ce qui est très encourageant.” 

Lars Grieten

Lars Grieten

Lars Grieten est biomédecin de formation, a décroché un master en bio-électronique et en nano-technologie, et enseigne les biocapteurs. Il est rattaché au programme de recherche clinique et aux initiatives de santé mobile à l'hôpital Oost-Limburg Grietens était également senior researcher wearable health solutions chez Imec et professeur invité Mobile Health à l'UHasselt.

Confirmer