À l’occasion du festival eat! BRUSSELS, drink ! BORDEAUX qui a eu lieu du 7 au 10 septembre 2017 et durant lequel BNP Paribas Fortis a testé une nouvelle solution de paiement sans contact, Nicolas Conti, Project Manager de la banque, nous parle de ces nouvelles solutions de paiements digitaux utiles tant pour les organisateurs d’événements que pour les PME de divers secteurs.

Des solutions de paiement rapides et innovantes

Comme vous avez déjà pu le lire dans notre article précédent, de nouveaux modes de paiement se développent comme alternatives à notre traditionnel paiement par carte bancaire via un terminal. Parmi ceux-ci, nous retrouvons la méthode contactless (« sans contact ») qui permet à l’utilisateur d’effectuer un paiement en approchant simplement sa carte bancaire ou un objet spécifique d’un terminal de paiement compatible. Cette méthode se décline principalement sous trois formes :

1. La carte bancaire ou carte de crédit certifiée « sans contact » NFC ;

2. Le « wearable », object connecté qui peut prendre la forme d’une carte magnétique, d’un bracelet ou encore d’un porte-clés. Souvent utilisé lors d’événements, le wearable se (re)charge à un guichet, une borne ou via une application smartphone ;

3. Les applications pour smartphones (Android Pay, Apple Pay, Samsung Pay).

Outre le gain de temps et la facilité d’utilisation, ces solutions sans contact ont des avantages liés à la gestion des risques

Le cas d’utilisation du festival culinaire eat ! BRUSSELS

Parmi ces 3 solutions, le festival ‘eat! BRUSSELS, drink! BORDEAUX’ a opté pour le système des wearables. Les visiteurs ont alors pu se procurer une carte magnétique rechargeable spécialement conçue pour le festival sur laquelle ils ont pu verser le montant de leur choix.

Comme l’explique Nicolas Conti : « Nous remplaçons ainsi les tickets ou les jetons par un paiement sans contact ce qui permet moins de files et donc moins d’attente, tant aux différents stands de dégustation qu’aux guichets mais également une meilleure sécurité pour le visiteur ».

Une solution de paiement plus sûre et transparente

Contrairement à la situation d’une manipulation d’argent liquide, il y a ici moins de risques de vol de caisses, de détournement ou de perte. De plus, si la carte venait à être perdue, elle ne serait pas directement liée à un compte bancaire mais seulement à une somme disponible. De plus, les wearable permettent une meilleure organisation et gestion des équipes grâce à une connaissance directe des ventes de chaque stand. « Par exemple, si l’on se rend compte, grâce aux données reçues, qu’un point de vente rassemble moins de monde qu’un autre mais mobilise autant de personnel, il sera facile d’adapter immédiatement les équipes ainsi que de gérer les stocks et les approvisionnements », illustre-t-il.

La Belgique amorce son passage au contactless

Si la tendance globale est au sans contact, la Belgique reste toutefois à la traîne par rapport à ses voisins. Ainsi, selon Worldline, 25% des paiements aux Pays-Bas se font sans contact alors qu’ils sont moins de 1% en Belgique. En cause, « les terminaux de paiement et les banques belges ont mis du temps avant de s’adapter à la tendance contactless », explique Nicolas Conti. Comme il le souligne, « si la Belgique se lance désormais à grands pas dans la voie du contactless, les Pays-Bas, la France et le Royaume-Uni ont déjà réellement intégré ce mode de paiement dans leurs habitudes quotidiennes. À Londres, par exemple, il est possible de payer sans contact directement au portique d’entrée du métro ».

Du côté des consommateurs, le passage au sans contact semble même susciter un engouement. Ainsi, selon une étude menée par Mastercard, « un Belge sur deux (52%) est prêt à adopter de nouvelles méthodes de paiement en magasin ». Parmi celles-ci, les paiements contactless par carte bancaire et smartphone séduisent environ un Belge sur trois (respectivement 32% et 35%). Le paiement mobile trouve même encore plus d’adeptes parmi les early adopters (« pionniers ») puisque 63% d’entre eux aimeraient l’utiliser en magasin.

Maintenant que les acteurs du marché et les consommateurs semblent prêts à suivre le mouvement contactless, voilà de bonnes raisons d’encourager ces nouvelles méthodes de paiement auprès des commerçants belges !

Nicolas Conti

Nicolas Conti

Nicolas Conti occupe la position de Business Development and Project Manager au sein du département marketing de la banque BNP Paribas Fortis depuis près de 6 ans et s’occupe plus particulièrement des solutions de paiements digitaux et des innovations. Son objectif est de proposer à l’entrepreneur et au consommateur des moyens de paiement qui leur conviennent dans leurs activités et dans leur vie de tous les jours.

Confirmer