Les internautes «ordinaires» qui pensent et décident eux aussi de la façon dont les nouveaux produits et services devraient évoluer ? Dans quelques années, ce phénomène pourrait devenir la norme. Les premières graines de cette révolution sont semées et quelques jeunes entrepreneurs belges parient sur l’apparition d’une forme d’e-gouvernement. Wietse Van Ransbeeck, cofondateur de CitizenLab, nous explique l’évolution de la responsabilité citoyenne à l’ère numérique.

Vous souhaitez être entendu et avoir un rôle à jouer dans le choix de rendre votre ville sans voiture, décider de l’ouverture des magasins en soirée ou encore proposer des livres à votre bibliothèque de quartier ? Avec une formule comme CitizenLab, votre voix se fait entendre et prend de l’importance au fil du temps et des clics. C’est ce renouveau que ‘’L'engagement civique’’ propose de découvrir !

« CitizenLab est une plate-forme qui confronte les citoyens aux différents aspects de leur ville », explique Van Ransbeeck. « Tout citoyen peut se mouiller, se remuer les méninges et entamer une discussion. Les propositions comptant le plus de votes sont remontées en haut du classement ».

Du crowdsourcing à l’engagement civique

Selon Van Ransbeeck, l’engagement civique est la suite logique du crowdfundingcrowdsourcing et du processus de cocréation. « En ce moment, plusieurs villes américaines dont San Francisco, Boston, Austin et New York en font déjà l’utilisation. C’est d’autant plus remarquable que l’Europe dispose de smart cities[1] mais ne dispose pas encore de plates-formes de partage d’idées entre citoyens. CitizenLab compte bien saisir cette opportunité ». Le modèle de l'entreprise est simple : les villes paient une redevance évaluée en fonction de leur "customisation" de la plate-forme.

P&G de la partie !

Outre les citoyens, les entreprises misent elles-aussi sur la contribution de leurs clients dans la conception et l’amélioration de leurs produits et services. « Cette idée est désormais fort présente », dit Van Ransbeeck. « La multinationale P&G (Procter & Gamble) est d’ailleurs en phase d'expérimentation. Les clients fournissent leurs feedbacks sur les nouveaux produits et font des propositions en échange de bons de réduction ».

« P&G pourrait bien devenir le prototype d'une entreprise FMCG[2] axée sur le consommateur. Mais ces plates-formes sont également efficaces dans un environnement B2B.  L’interaction en ligne n’est pas limitée à un secteur particulier et, dans le contexte B2B, les partenaires sont de toute façon rapprochés, ce qui favorise déjà l'engagement ».

Modérer les discussions

Pour mettre en place ce système ultra-interactif, Il faut à tout prix disposer d’un animateur ou ‘community manager’ qui mène et contrôle les discussions sur la plate-forme. « La communication doit rester très ouverte mais il doit également y avoir un règlement reprenant ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas. On peut avoir des propositions un peu folles, mais il faut rester réaliste ! »

Van Ransbeeck croit dur comme fer dans le potentiel de ce genre de plateformes. "Ce modèle est déjà  très demandé et sa pertinence ne fera qu'augmenter ! Les entreprises et gouvernements souhaitent écouter leurs communautés afin de mieux cerner des besoins toujours plus articulés. Que veulent-ils exactement ? Et comment pouvons-nous agir en conséquence ? Ce sont des questions auxquelles nous pouvons répondre grâce au concept de l’engagement civique.’

[1] Une ‘smart city’ ou ville intelligente en Français utilise les nouvelles technologies de l’information pour améliorer la qualité des prestations communautaires, réduire les coûts et rendre les citoyens actifs.

[2] Fast moving consumer goods (FMCG) fait référence aux produits de consommation rapide comme la nourritures, les cosmétiques, les produits à lessiver, etc. Ce terme fait également référence aux produits non-durables comme les ampoules, batteries et saces plastiques.

Wietse Van Ransbeeck

Wietse Van Ransbeeck

Wietse Van Ransbeeck (22) est le fondateur de CitizenLab. Il réside actuellement à Tokyo, où il a passé ses dernières années comme ingénieur commercial. Il est mordu par l'esprit d'entreprise et a décroché en 2014 le premier prix lors de la ‘Battle of Talents' avec Pitu.

Confirmer