Lorsque l’on dit « intelligence artificielle », on pense encore trop souvent aux robots et autres humanoïdes tout droit venus de la science-fiction. Par-delà ces fantasmes techno-futuristes et autres débats éthiques, l’intelligence artificielle peut être l’amie de l’homme, mais aussi de l’entrepreneur. Et ce, pas seulement dans les secteurs de niche. Car l’intelligence artificielle (ou « IA ») fait de plus en plus partie de notre vie. Etienne Cuvelier, chargé de cours à l’ICHEC, avec entre autres spécialités l’intelligence artificielle, explique quel impact l’IA peut avoir sur nos métiers ou comment rendre l’IA moins artificielle et plus intelligente au sein de nos entreprises.

Qu’entend-on par intelligence artificielle ?

Par « intelligence artificielle », on entend tout système qui intègre un certain nombre de décisions prises habituellement par des humains. Il peut s’agir, par exemple, de logiciels comptables et autres algorithmes de recherche ou encore de l’automatisation de tâches (cas de la fabrication à la chaîne ou tri de produits mais aussi de données…). L’IA peut aussi servir à localiser des documents administratifs, évaluer les expériences client, gérer les finances (comme l’outil de factoring), etc. Notez que le cloud ou les applications – même s’ils n’en sont pas moins intelligents – sont souvent à tort assimilés à de l’intelligence artificielle. En fait, ils y participent, en outre en stockant des données qui seront employées ensuite par une intelligence artificielle.

L’IA, pour qui ?

Parmi les entreprises primo-adoptantes en matière d’IA, on compte le plus souvent les start-ups, par nature plus ouvertes au changement. Ou encore les grands groupes, ceux-ci disposant de plus de moyens, mais aussi de plus de données à traiter ou de tâches à automatiser. Et même si elle n’est pas encore assez répandue, l’intelligence artificielle s’adresse à tous au quotidien, et en entreprise, à tous ceux qui ont à organiser et à rationnaliser des tâches. Donc y compris aux PME.

Ce que l’entrepreneur a à gagner grâce à l’IA

Grâce à l’intelligence artificielle, l’entrepreneur peut vite gagner en :

  • Rapidité d’exécution des tâches : en les sériant et systématisant ;
  • Agilité et flexibilité ;
  • Possibilités : là où l’intelligence humaine rencontre des limites, l’intelligence artificielle peut les contourner;
  • Qualité : les prises de décision basées sur des éléments précis fournis par l’IA peuvent se révéler plus fiables ;
  • Temps et efficience : en s’allégeant de tâches itératives ou sans valeur ajoutée, on peut se concentrer davantage sur d’autres aspects de son métier

Ce sont autant d’éléments permettant a fortiori de développer son business.

En quoi l’homme – et l’entrepreneur – resteront toujours maîtres à bord

Si l’IA a ses avantages, il faut cependant savoir rester vigilant. Etienne Cuvelier explique : « D’une part, il conviendra de ne pas surinvestir dans l’IA, tout en conservant des ambitions modestes. Il y aura en effet certes plus de possibilités, mais tout ne sera pas pour autant possible. Face à l’avancée technologique, il faudra aussi savoir conserver son bon sens en tant qu’homme et faire confiance à son propre savoir-faire. Bref, mieux vaut ne pas s’en remettre complètement à l’IA. Enfin, rien ne sera jamais acquis et immuable : les données et technologies pertinentes à un moment ‘t’ ne le seront plus à un autre moment ‘t’. C’est ici qu’intervient la notion de mise à jour. Et cet update présuppose l’intervention de l’homme. Jamais remplaçable et toujours indispensable ».

Vers toujours plus de nouveauté

Et demain ? « D’une part, l’IA sera plus accessible en termes de compréhension mais aussi de coûts. Dans les universités, on voit se multiplier les masters en data science. Cela signifie qu’il y aura toujours plus d’experts, de consultants. Il ne s’agira plus d’une denrée rare, coûteuse et internalisée, mais de quelque chose qui tendra à se vulgariser, et donc à se démocratiser. Ceci permettra au deep learning de gagner du terrain au sein de nos entreprises, dans toujours plus de secteurs, et non plus seulement dans des niches techniques ou scientifiques. Bref, cela va créer de la nouveauté. Et en même temps donner un coup de boost à nos métiers ».

0

Etienne Cuvelier

Etienne Cuvelier est chargé de cours à l’ICHEC. Entre autres matières, il enseigne les maths, statistiques, base de données et la science des données. Des thèmes sur lesquels il a signé de nombreux articles et donne des conférences ainsi que des formations à Centrale-Supélec Paris.