Aujourd'hui, les food trucks sont partout: sur les festivals (de musique), lors d'événements ou simplement dans les rues de nos villes. Tim Van den Heuvel, organisateur du food truck festival Barrio Cantina, dévoile 5 choses que vous ne saviez pas encore sur les food trucks.

Un peu d'histoire

S'il ne perce vraiment que depuis quelques années, le concept de food truck est en réalité très ancien. “Tout a débuté au 19e siècle aux Etats-Unis”, explique Tim Van den Heuvel. “A l'époque, on a commencé à équiper les carrosses d’ustensiles de cuisine pour donner à manger aux soldats. Depuis lors, l'idée s'est étendue à l'échelle internationale. Désormais, on en trouve littéralement partout dans le monde. J'estime qu'il en existe environ deux cent cinquante en Belgique." (source: Belgian Foodtruck Association) 

Authenticité et qualité

Van den Heuvel est la cheville ouvrière de Barrio Cantina, un festival de food trucks qui fera étape ce printemps dans cinq villes flamandes. “Anvers est notre événement le plus important”, explique-t-il. “Nous y avons accueilli 50 camions, alors que nous avions reçu au moins 300 demandes.” 

De très nombreux Belges sont particulièrement intéressés par cette nouvelle manière de travailler, ajoute Van den Heuvel. En Wallonie également, il existe un food truck festival qui s'installe dans pas moins de dix villes. Reste que le succès ne vient pas tout seul. “Je remarque qu'aujourd'hui, de nombreux food trucks sont lancés par des individus qui essaient de surfer sur la mode du moment. Très souvent, je suis confronté à des concepts qui ne sont en fait pas bien réfléchis. Si je demande par exemple quel type de nourriture ils proposent, la réponse est: 'Nous pouvons faire un peu de tout!' Certes, mais cela n'a rien d'un food truck évidemment. Pour réussir avec un food truck, votre concept doit être bien pensé. Il ne suffit pas de cuire quelques hamburgers dans une camionnette. Vous devez faire preuve d'authenticité, offrir de la qualité, soigner le décor et l'identité, ...".

Un travail très dur

Autre élément souvent sous-estimé: la masse de travail requise pour gérer un food truck. "C'est vraiment dur", insiste Van den Heuvel. “Comme vous n'avez pas de lieu fixe, vous devez à chaque fois déménager tous vos équipements. C'est bien plus que simplement  vendre un bon petit repas au soleil ou sur un festival à des clients heureux. Vous gérez une véritable affaire: vous devez être en règle en matière de sécurité alimentaire, respecter toutes sortes de normes administratives et comptables, ... Autant d'aspects que vous ne pouvez négliger.” 

Réserve financière

Qui plus est, l'exploitation d'un food truck implique un investissement financier non négligeable. “Je connais des gens qui vendent des repas avec un triporteur, mais si vous optez pour un véritable bus postal américain, les prix peuvent atteindre 120.000 euros,” ajoute Van den Heuvel. “Sur de nombreux festivals, vous devez également payer à l'avance un emplacement et préfinancer vos ingrédients. Et le climat est toujours un facteur imprévisible: lorsqu’il pleut, les clients se font rares. Si cela arrive trois fois de suite, vous devez disposer d'une réserve financière pour vous en sortir. Cela dit, il est certainement possible de gagner sa vie avec un food truck, surtout si votre concept est bien ficelé et si vous offrez de la qualité.”

Au-delà des festivals

Travailler dans un food truck peut également se révéler très agréable, ajoute Van den Heuvel. “Vous amenez à manger aux gens, que peut-on rêver de mieux? Vous pouvez bien sûr ne pas vous limiter aux festivals et événements. Les complexes de bureaux et les zones de PME sont bien plus conviviales avec un food truck. En outre, ces food trucks s'invitent désormais aussi lors de mariages et communions. Et la demande reste aujourd'hui encore supérieure à l'offre, ce qui ouvre donc sans aucun doute de nouvelles perspectives.”

Contributeur:

Tim Van den Heuvel

Tim Van den Heuvel est un fou de food autoproclamé et passionné de cuisine asiatique. Avec sa femme indienne, il aime parcourir le monde à la recherche des dernières tendances culinaires. Il est par ailleurs l'organisateur du festival de musique Polé Polé et du food trucs festival Barrio Cantina. Lors de ses rares moments de loisirs, il aime regarder les matches de football d'Anderlecht.

Confirmer