Lancer mon business ? Bien sûr ! Mais quand la crise sera passée, que les enfants seront grands, que l’on aura plus de fonds, que l’on aura mis la dernière main à son site Internet… Bref, les bonnes raisons comme les prétextes ne manquent pas, quand il s’agit de reporter le passage à l’acte entrepreneurial. Et pourtant, le bon moment existe. Olivier Devue, actif dans le développement de solutions IT pour pharmaciens au travers de son entreprise Pharmony, a su sentir que le moment d’entreprendre était venu. Il raconte comment – et surtout quand – il est devenu son propre patron du jour au lendemain.

Une question de déclic et de dépassement de sa zone de confort

Pour Olivier Devue, entreprendre a été une question de bon moment, mais surtout de circonstances : « Cela faisait longtemps que j’avais envie de me lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Je travaillais pour une entreprise n°1 de son secteur en France, mais il me tardait de sortir de ma zone de confort. Le déclic a eu lieu lorsque j’ai dû interrompre ma carrière pour raison de santé. Il faut certes trouver le bon moment, mais surtout ne pas se précipiter. Une fois lancé, il faut aller de l’avant sans se laisser tirer en arrière par des fâcheux, prompts à vous décourager ».

Avoir une idée précise du marché et de ses acteurs-clés

Avoir été employé et se lancer ensuite comme indépendant dans un même secteur, cela aide. On a en effet déjà :

Olivier Devue illustre : « J’avais remarqué que les acteurs déjà bien installés se reposaient sur leurs lauriers, alors qu’on pouvait faire mieux pour répondre aux attentes et besoins du groupe-cible. Cela m’a donné l’audace d’amener une solution disruptive (Ndlr : dans le cas d’Olivier Devue, une solution cloud), et ce, sur base d’une vision au plus près de la réalité du marché ».

Le SWOT est déjà réalisé, en quelque sorte. Les personnes qui se lancent, elles, devront le faire avant de démarrer.

L’entourage compte pour beaucoup

Les circonstances et la connaissance du secteur sont certes déterminantes lorsqu’on lance une activité. La façon dont on s’entoure aussi. Il importe en effet de :

  • Trouver des profils et expertises complémentaires : cela rend fort et allège à la fois. Par exemple, Olivier Devue s’est associé à un proche formé à la comptabilité. Il a pu ainsi déléguer la part fiscalité. Par ailleurs, l’épouse de ce partenaire étant pharmacienne, Olivier Devue était pratiquement sur le terrain, aux côtés de son groupe-cible ;
  • Partager la paternité du projet : le projet, c’est le bébé de tous, et cela rapproche et motive les forces vives ;
  • S’appuyer sur ses proches : si c’est le bon moment pour l’entrepreneur, encore faut-il, d’une part, se sentir soutenu et, d’autre part, obtenir une certaine approbation des siens. La vie de toute la famille va en effet être impactée par le lancement de l’entreprise. Par ailleurs, c’est aussi parmi ses proches que l’on trouve ses premiers investisseurs. Comme cela a été le cas parmi les membres de la famille d’Olivier Devue, il est possible pour ces investisseurs de bénéficier des mesures tax shelter ;
  • Activer son réseau : que l’on soit starter ou senior, il est crucial de networker pour amorcer la prospection ou trouver ensemble des idées et solutions.

Ainsi, avoir eu un déclic à un moment « T », c’est bien. Mais lorsque l’on crée de la légitimité et des synergies autour de soi, c’est encore mieux pour le business.

Dépasser les obstacles au projet et rester en mode veille

Alors qu’on pourrait ne pas manquer de prétextes pour passer à l’acte entrepreneurial, Olivier Devue rassure : « Le bon moment existe mais pour soi, et ce, en dépit de tous les facteurs externes imaginables. Par exemple, dans notre cas, de gros acteurs auraient pu nous faire peur. Certaines personnes nous mettaient en garde aussi, car il y avait déjà assez de logiciels de toutes sortes sur le marché. Donc, au vu des contingences et avis, ce n’était pas vraiment le bon moment. Par contre, tant que cela fait sens pour soi, c’est que ce moment est venu. Par la suite, il faudra continuer de se créer d’autres moments opportuns, tout en faisant évoluer ses produits et services. Et pour estimer que le moment est venu d’adresser ces innovations au marché, l’important sera de bien rester en mode veille ».

Olivier Devue

Olivier Devue

Olivier Devue est co-fondateur et CEO de Pharmony. Depuis le printemps 2016, cette entreprise propose aux pharmaciens un logiciel de gestion des officines. Avant de lancer son entreprise, Olivier Devue a travaillé pendant 25 ans dans le secteur pharmaceutique en tant qu’employé IT & développement web.