En décembre, Jan Vercruysse et Sofie Van de Water se sont lancés dans l’horeca en ouvrant Mariloup à Bruges, où ils travaillent essentiellement avec des produits locaux. Dans la vidéo ci-jointe, vous verrez comment ils ont préparé ce projet qui, comme vous lirez dans cet article,  n’était pas sans difficultés. Mais ces difficultés, Jan et Sofie les ont brillamment surmontées.

Surmonter les obstacles

Toute entreprise rencontre un jour ou l’autre des obstacles. Mariloup n’a pas échappé à la règle. “Pourtant, tout s’était parfaitement déroulé durant les premiers mois. Le restaurant était régulièrement complet.  Mais à la suite de travaux d’aménagement de la voirie entamés récemment dans le quartier, nous avons constaté une baisse de fréquentation de 22%, ce qui est beaucoup pour un petit resto comme le nôtre.”

“Dans pareilles circonstances, l’essentiel est de ne pas paniquer et de garder la tête froide”, souligne l’entrepreneur. “Soyez patient, écoutez ce que les clients apprécient et adaptez-vous en tenant compte de leur avis. Pour le déjeuner par exemple, nous nous sommes concentrés sur les plats du terroir parce qu’ils sont très appréciés. N’hésitez pas non plus à demander au client ce qu’il apprécie le moins, y compris dans l’horeca. Vous serez étonné du nombre de réactions que vous obtiendrez.”

“Une fois vos points forts identifiés, vous disposez des éléments nécessaires pour écrire votre propre histoire. Il ne vous reste plus qu’à vous en tenir à ce concept et ne pas changer de direction à tout moment”, poursuit Vercruysse.

L’appui des voisins

Si tout cela semble évident sur papier, ça l’est nettement moins dans la réalité.... “Quel que soit votre expérience ou votre talent, il est rare de s’en sortir seul”, souligne l’exploitant. “Cherchez donc le bon soutien pour votre projet. En ce qui nous concerne, nous avons discuté avec beaucoup d’autres indépendants à Bruges, pour savoir comment ils avaient surmonté les difficultés.”

“Mais nous avons aussi bénéficié de soutien dans d’autres domaines. En effet, nous venons du secteur bancaire et passer à l’horeca n’a pas été aussi simple que nous le pensions. Avant, il y avait une distinction relativement claire entre vie privée et vie professionnelle, mais ce n’est pas le cas dans l’horeca. Les deux se mêlent constamment. A cet égard, le soutien de notre famille, de nos parents en particulier, nous a beaucoup aidés. Sans eux, nous n’aurions jamais pu ouvrir Mariloup”, conclut le gérant.

La mentalité d’un entrepreneur

Pour Jan Vercruysse, surmonter les obstacles fait partie de la mentalité d’un entrepreneur. C’est une sorte de mode de vie. “Sur ce point, il est surtout important de considérer l’obstacle dans une perspective plus large. Une période moins faste n’est pas une catastrophe... Il ne faut pas se braquer sur cela. Tant que la croissance est au rendez-vous à plus long terme, vous êtes sur la bonne voie !”

Monter une affaire dans la restauration | MariLoup

Jan Vercruysse et Sofie Van de Water s’apprêtent à ouvrir un restaurant à Bruges. Ils nous livrent quelques conseils.

Contributeur:

Jan Vercruysse

Après une carrière dans le secteur bancaire, Jan Vercruysse s’est lancé dans l’horeca avec son épouse Sofie Van de Water. Ensemble, ils ont ouvert à Bruges Mariloup, où ils travaillent essentiellement avec des produits locaux.

Confirmer