Notre pays compte près d’un demi-million de motos et scooters, soit environ 6% du nombre total de véhicules immatriculés. Toutefois, seulement 1,2 % des quelques 100 milliards de kilomètres parcourus chaque année dans notre pays sont effectués à moto ou à scooter. La plupart des usagers réservent encore ces deux-roues à leurs loisirs et pourtant, leur utilisation dans le cadre des déplacements professionnels présente de nombreux avantages. L’entrepreneur Philippe Cooremans s’y est mis il y a une dizaine d’années et il explique pourquoi.

Pas réservé aux livreurs de pizzas !

De nombreux entrepreneurs et employés, tous secteurs confondus, gagneraient à circuler à deux-roues dans le cadre de leurs déplacements domicile-lieu de travail. Mis à part, bien entendu, ceux ayant à transporter des objets ou des outils encombrants ou à parcourir de longues distances, un commercial, un dirigeant d’entreprise, un consultant peuvent tous y trouver leur compte. En ce qui concerne Philippe Cooremans, la transition s’est effectuée progressivement : « Au début, j’ai alterné auto, moto et VAE (Vélo à Assistance Electrique). Cela m’a permis de trouver un compromis entre l’envie de retrouver plus de mobilité, le désir d’entretenir ma forme et le souci de l’écologie ».

Encore quelques freins à l’emploi des deux-roues…

Entre autres arguments avancés par ceux qui préfèrent aller travailler en voiture, le manque d’infrastructures deux-roues revient souvent : « Les deux-roues sont en effet souvent oubliés dans l’aménagement des routes. Cela fait d’eux des usagers faibles dans le trafic. De plus, ils sont également négligés par les gestionnaires de parkings ». Il est vrai que, dans nos villes, encore trop peu d’emplacements deux-roues sont proposés et, contrairement à la Suisse, la Grande-Bretagne et la France, il existe peu de garages pour motos et scooters. Les conditions climatiques sont aussi un facteur important. Enfin, la mentalité joue également un rôle en Belgique, où la culture de la voiture reste très développée.

… et pourtant de nombreux avantages

La liste des « plus » en faveur des motos et scooters est non exhaustive. Pour les entrepreneurs, l’utilisation de ces deux-roues constitue un gain en temps et en mobilité pour se rendre d’un point A à un point B. Outre le temps gagné, cela réduit les problèmes structurels de trafic et d’embouteillages rencontrés aux abords des grandes villes. Et dans les villes où les surfaces au sol sont chères, un deux-roues occupe trois à quatre fois moins de place qu’une voiture.

 

N’oublions pas que les motos sont moins polluantes que les voitures ! Leur utilisation permet donc un meilleur respect de l’environnement et est un bon point en matière de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), ce qui peut avoir des répercussions positives sur l’image de votre entreprise.  

 

L’entrepreneur pourra également retirer des avantages fiscaux de l’utilisation des deux-roues. Sous certaines conditions, la moto ainsi que certains accessoires (casque, masque anti-pollution, gants, survêtements thermiques, produits pour l’entretien de cet équipement…) sont fiscalement déductibles et la TVA, récupérable. Prenons un cas concret : selon une estimation du SPF Finances, une moto peut être amortie en 5 ans et son équipement de protection en 3 ans, et ce, au prorata des déplacements domicile-lieu de travail.

Des mesures encourageantes en vue d’une amélioration

Des initiatives, petites ou grandes, se mettent en place afin de favoriser l’utilisation des deux-roues motorisés :

  • La FEBIAC (Fédération Belge de l’Automobile et du Cycle) demande aux communes de prendre davantage en compte les deux-roues motorisés lors de l’aménagement de parkings, surtout dans les centres-villes. Elle souhaite voir autorisé l’accès pour les motos et les scooters dans les parkings à étages et souterrains, ce qui n’est pas toujours le cas à ce jour.
  • Depuis 25 ans, chaque troisième jeudi de juin, l’événement « Ride to Work Day » a pour objectif d’inciter les navetteurs à venir travailler à moto ou à scooter. Lors de cet événement, les autorités des villes participantes mettent à disposition des parkings gratuits destinés aux motos et aux scooters sur le territoire communal.

 

L’utilisation des deux-roues présente de nombreux avantages. Bien qu’il reste du chemin à parcourir, les mentalités évoluent et de plus en plus d’initiatives pour encourager l’utilisation de ces véhicules sont mises en place, ce qui permet d’avoir un nouveau regard sur les différents moyens de déplacement.

Philippe Cooremans

Philippe Cooremans

Philippe Cooremans est un entrepreneur actif dans le secteur de l’impression et la réalisation d’accessoires personnalisés, et ce successivement au sein d’entreprises complémentaires : Praxitel, A Zero et Badgeman Printing.