Guillaume De Dorlodot a compris que les voyages forment les entrepreneurs et leur permettent de voir plus grand. À San Francisco puis à Bruxelles, il a créé des espaces de coworking / co-living pour les travailleurs nomades. Pour ce jeune Belge, le coworking est le meilleur brainstorming des starters de notre époque. 

Travailleur citoyen du monde

De quoi l'entrepreneur a-t-il besoin au fond ? D'inspiration.

Le travail nomade n'est plus un phénomène de foire ou un concept marketing. C'est une tendance de fond, qui caractérise une génération bien décidée à en finir avec le diktat des horaires de bureau classiques. Nous le voyons au travers de ceux qui nous rejoignent jour après jour. Le profil est toujours à peu près le même : un grand besoin d'individualité, une incapacité à se projeter dans un modèle où la retraite est la finalité de la carrière, le besoin de ressentir l'impact de ce que l'on crée sur ses proches, ses clients et parfois même sur l'humanité. Pour ceux-là, le coworking représente une expérience aussi - si pas plus - enrichissante qu'un séjour scolaire à l'étranger. Ils partagent l'envie de connaître d'autres cultures et un sentiment d'être à l'étroit dans un « quatre murs » physique traditionnel. La liberté permet de créer et de voir grand, tout en transportant finalement peu d'effets matériels : des vêtements, quelques souvenirs et son équipement technologique. 

Un nomadisme plus social et communautaire

On y côtoie des personnes like-minded, des individus qui viennent rêver, entreprendre, apprendre, partager, se tromper et recommencer.

Élaborer un projet d'entreprise requiert du temps et du travail. Un environnement de vie traditionnel (famille, amis) peut alors être un frein et détourner de son objectif premier : créer, tester, développer. Le coworking immerge dans un environnement où l'on peut se concentrer sur son projet dans un cadre d'isolement éclairé et, ne le sous-estimons pas non plus, dans un contexte inspirant de « workation » (work/vacation).

 

Dans un espace de coworking et co-living comme le nôtre, nous répondons à des besoins une fois encore générationnels, ce que le reste des hébergements classiques ne parviennent plus à offrir. Nos membres ont besoin de vivre en communauté, virtuellement, mais surtout physiquement.

Ils ne sont plus obligés de loger dans des hôtels déshumanisés ou des logements Airbnb de plus en plus gérés par des entreprises. Ils évitent également des auberges bon marché surpeuplées, bruyantes, alcoolisées. L'esprit est au travail, à la curiosité, au mélange des genres. Nous - et nos très nombreux concurrents, partout sur la planète - sommes devenus un bureau sur le monde. Bien entendu, cela ne correspond pas à toutes les professions, mais nous avons vu passer des profils si différents qu'il est difficile d'exclure des parcours : photographes, créateurs d'applications mobiles, cuisiniers, écrivains, jeunes cadres en inadéquation complète avec l'esprit des grandes entreprises anonymes.

Plus uniquement dans la Silicon Valley

Mon expérience avec Startup Basecamp m'a convaincu que cette magie opère bien dans un cadre urbain où l'on est entouré de start-ups. Ce n'est pas un hasard si nous avons démarré par San Francisco, pour nous étendre au Canada et à Bruxelles (où nous cherchons de nouveaux partenaires immobiliers). La Silicon Valley reste un repère inévitable pour l'économie numérique, tout comme Toronto, mais le monde est vaste et chaque projet unique. Si on pense créer la prochaine application à sensation, c’est ici, à San Francisco, qu’il faut venir, mais cela ne correspond pas forcément à tous les profils. Le tout est de choisir un espace de coworking en adéquation avec son propre marché.

 

On détecte d’ailleurs une tendance nouvelle - très « Millennial » - à implanter des espaces de coworking dans des endroits plus inattendus (plage, montagne, désert), ce que nous élaborons en ce moment dans un nouveau projet.

 

Pour ceux qui se lancent, le coworking est une expérience bénéfique, une aventure qui favorise le mélange des genres, des compétences, des cultures et des histoires, à une époque où le coût des voyages n'a jamais été aussi accessible.

Guillaume de Dorlodot

Guillaume de Dorlodot

Après avoir été consultant en Belgique pour des entreprises prestigieuses comme PwC, BNP Paribas Fortis et Navigha, Guillaume De Dorlodot a créé Startup Basecamp depuis la Silicon Valley, un espace international de co-living/coworking à destination des entrepreneurs nomades, à San Francisco, Montréal et Bruxelles.

Confirmer