Changer ou mourir. Jean-Christophe Conticello a testé le concept. Ce self-made-man, fils d’immigrés italiens, a acquis son expérience à Wall Street et est devenu « serial entrepreneur ». Pour lui, la formation, c’est bien mais ce n’est pas tout : rien de tel que l’expérience terrain et la capacité à s’adapter.

Vers un changement radical de paradigme

Ayant entrepris de part et d’autre du globe, Jean-Christophe Conticello a su s’inspirer des business modèles aussi innovants que disruptifs : « En plus des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), ce qui marche ce sont les NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber). De nombreux entrepreneurs doivent un grand merci à ces sociétés : celles-ci ont montré que, avec les bonnes idées surtout plutôt que de gros investissements, on peut « conquérir le monde » et remettre en question certains modèles établis. De quoi réconforter, face à des géants, certains entrepreneurs en herbe ».

Se transformer et oser

Inversement, les grands groupes ont tout à apprendre des starters. Pour ce faire, Jean-Christophe Conticello préconise la Transformation Agile, qui n’est plus une option : « Changez ou mourez. Ce changement doit opérer aux niveaux culturel, organisationnel et technologique ». En plus de savoir s’adapter, il est bon d’avoir de l’audace : « Aux USA, on dira qu’on tente sa chance, là où en Europe, il sera plutôt question de prendre un risque. Aussi les entrepreneurs d’outre-Atlantique sont en ‘early stage’: ils n’ont pas hésité à investir dans les startups, alors que les Européens en étaient encore à des années-lumière. Mais on sent s’amorcer un changement à ce niveau également ».

Changer, mais à quel moment ?

Si l’on évoque la crise, Jean-Christophe Conticello reste positif : « Au cours des 20 dernières années, j’ai connu beaucoup de crises : en 2000, la crise financière ; en 2001, le 11 septembre ; en 2008, Lehman Brothers, etc. Finalement, toute la vie —celle d’entrepreneur comme d’homme— est ponctuée de crises, petites ou grandes. Depuis que je suis né, la crise est sur toutes les lèvres. Or cela n’a jamais empêché de créer de beaux métiers ou entreprises. En fait, le momentum est très important : il ne faut pas être trop à l’avance ni en retard. Lancer ou transformer un business, c’est comme faire un enfant : ce n’est jamais vraiment le bon moment, mais seule compte la volonté ».

Avoir les « soft skills » requis

Dans la transformation, le moment importe autant que les personnes, à commencer par l’entrepreneur lui-même. Entre autres soft skills indispensables au « serial entrepreneur », Jean-Christophe Conticello dresse son top 3 : 

« 1. la résilience : la capacité à tester le marché, échouer puis se relever très vite pour pivoter

2. l’énergie positive

3. la capacité de fournir un travail continu : cela permet d’atteindre ses objectifs et de faire toute la différence. Et c’est un avantage concurrentiel ». 

Le collaborateur, acteur-clé de la transformation

Autre point-clé sur lequel appuyer sa transformation : le poste RH, et en particulier ses collaborateurs. L’entreprise a tout à gagner en rendant ceux-ci plus autonomes : « L’autonomie est un des piliers du bonheur au travail. Elle rend plus productif, ajoute de la valeur et de la multidisciplinarité. On n’est plus du tout dans le ‘monkey work’ (le travail pour le travail, sans réflexion ni implication), car la prise d’initiative est requise. In fine, plus l’épanouissement grandit, plus le taux d’absentéisme, voire de burn/bore out diminue. Et l’entreprise y gagne à tous les niveaux : en terme de productivité, mais aussi d’image. Avec une telle culture d’entreprise, elle recrute facilement de nouveaux talents, et ça la rend de nouveau plus concurrentielle ».

Sur base de ces concepts, au sein même de son entreprise Wemanity, Jean-Christophe Conticello a développé son propre modèle : IATM© (Modèle de Transformation Agile Intégrée). Aussi, dans Wemanity, le « W » est le « M » de « Management » renversé.

Jean-Christophe Conticello

Jean-Christophe Conticello

Jean-Christophe Conticello est un « serial entrepreneur » de New York à Paris, en passant par Londres et Bruxelles. Entre autres business innovants, il a fondé et dirige Wemanity Group. Cette société de conseil est le leader européen de la transformation Agile et digitale des entreprises.

Confirmer