Comment faire face aux aléas entrepreneuriaux dans un monde qui ne cesse de revoir ses modèles, et ce, tous secteurs confondus ? Pour évoquer la culture de la résilience, Bizcover donne la parole à Pierre L’Hoest, dont le nom reste mondialement associé à la success story belge EVS, proposant des équipements et solutions dans la technologie du replay et du ralenti TV. Comment, avec pour constante une certaine conduite entrepreneuriale et des valeurs immuables, changer de cap après avoir chaviré ? Partage d’expérience.

Savoir refaire surface après un échec

Pierre L’Hoest est un pionnier dont la vision, tant entrepreneuriale que technologique, lui a valu de nombreux prix, comme celui de Manager de l’Année Trends-Tendances (2004) ou encore le Prix de l’Innovation INSEAD (2011). Mais avant d’avoir le vent en poupe, EVS a connu les remous, et ce, à deux reprises. A 4 ans d’intervalle, l’entreprise a eu à affronter une double rupture technologique, liée à l’avènement du PC et, ensuite des disques durs. Il lui a donc fallu repenser le modèle. Pierre L’Hoest explique comment il a dépassé cela : « Dans l’adversité, il faut savoir s’arrêter, réfléchir et pivoter. Parfois, il est indispensable de procéder à une réinitialisation ou, comme on dit dans le secteur IT, ‘faire un reset’. Dans le jargon de la finance, cela se traduit par ‘faire un nettoyage du bilan’. C’est triste pour les actionnaires, mais c’est aussi revitalisant pour repartir de plus belle. En effet, on gagne aussi plus souvent de ses échecs que de ses victoires».

S’entourer des bons maîtres à bord pour une meilleure vision

Grandir dans les épreuves, et avant cela les affronter, ne se fait pas seul. Il est important de savoir créer des synergies entre les individus. Et cela, Pierre L’Hoest l’a appliqué tant dans l’aventure EVS qu’à The Faktory, l’incubateur pour start-ups qu’il a fondé il y a 6 ans : « Entreprendre et manager, c’est une convergence de valeurs mais aussi de personnes. Je me suis toujours bien entouré. Aujourd’hui (à The Faktory), je le suis d’un directeur de la technologie senior issu du secteur scientifique, avec une vision à 360° (Yves Joskin), ainsi que d’un jeune General Manager avec un solide background en Information et Technologies de la communication et une sensibilité d’historien (Simon Alexandre). Il est important de mettre en présence des profils complémentaires. Quand un obstacle survient, on gagne à confronter son point de vue à celui des autres, cela donne une meilleure vision, ainsi que le recul pour dégager la solution puis rebondir. Attention toutefois à trouver le juste milieu : il ne faut pas non plus trop de points de vue différents et il faut aussi que chacun puisse reprendre son autonomie si nécessaire ».

Changer de cap pour rester en ligne avec le marché

Et lorsqu’il est indispensable de cultiver la transformation Agile, Pierre L’Hoest y trouve même du plaisir : « Etre amené à se détourner, c’est aussi se créer de nouveaux horizons. C’est excitant de retrouver un autre cap, de constater que la voilure se met mieux. Dans ce cas-ci, on ne cherche plus à sortir de sa zone de confort, mais à en retrouver une : on bute contre des contraintes (concurrents, prix trop élevés des composants ou systèmes, etc.), donc on teste, puis on fait le choix de simplifier ou encore d’accroître la performance. Bref, on veille à rechercher l’optimum et à rester en ligne avec le marché ».

Oser aller à contre-courant, tout en sachant pratiquer le compromis

Face à un marché capricieux mais aussi un monde complexe, Pierre L’Hoest explique comment il a pu se jouer des aléas : « Il importe de savoir trouver de l’excellence dans la simplicité et aussi de résister à la tentation de surfer sur la vague des nouveautés. Il ne faut pas avoir peur d’aller à contre-courant. Même chose : il ne faut pas vouloir à tout prix être le premier. Mieux vaut parfois être un bon second ou viser le 80% ». Un sens du compromis que Pierre L’Hoest tient de sa formation en architecture : « Face à la feuille blanche, l’architecte sait qu’il faudra composer avec le beau, le pratique et le confort, et donc renoncer au 100% ».

Pierre L'Hoest

Pierre L'Hoest

Pierre L’Hoest a cofondé et dirigé pendant près de 20 ans le groupe EVS. Cette entreprise liégeoise, entrée en Bourse en 1998, est pionnière mondiale de la technologie du replay et du ralenti TV. Il y aura bientôt 6 ans, il a fondé et est devenu président de The Faktory, le premier accélérateur et fonds d’investissement privé à l’attention des start-ups actives dans les technologies disruptives.

Confirmer