A 24 ans, Guillaume Hachez est à la tête d’une start-up, via l’application QuickLyric. La société, qui a bénéficié d’aides publiques au financement, a aujourd’hui le vent en poupe... Le jeune entrepreneur nous explique toutes les ficelles de son succès.

Osez concrétiser votre idée

Bien qu’étudiant, jeune et sans réseautage, Guillaume Hachez est parvenu à lancer l’application belge la plus utilisée aujourd’hui dans le monde.  

« Lorsque je me suis aperçu que mon application remportait du succès auprès de mes proches, j’ai décidé de la mettre sur le Google Play Store en mars 2015. Deux mois plus tard, on dénombrait déjà 100 000 téléchargements. Malheureusement, je n’avais pas de licence pour les droits d’auteur et mon appli a été retirée par la MPA (Music Publishers’ Association), l’équivalent de la SABAM américaine. » A partir de là, Guillaume Hachez décide de passer aux choses sérieuses : le geek qui code dans sa chambre laisse place à un projet professionnel, répondant aux normes légales. « Pour qu’un projet aboutisse vraiment, il y a lieu de le réaliser dans les règles de l’art en respectant les lois et obligations diverses. Zapper cette étape peut faire perdre énormément de temps. » 

Bien vous entourer pour mieux vous lancer

« Je me suis associé à Ludovic Urbain, qui avait davantage d’expérience que moi dans le monde de l’entreprenariat et de la finance. Nous avons élaboré un business plan que nous avons présenté au W.IN.G de la Région wallonne, en vue d’obtenir un financement. » Financement décroché en janvier 2017. « Il s’agit en réalité d’un prêt convertible de 50 000 €. Une formule qui permet d’équilibrer les risques entre l’investisseur et l’entrepreneur car l’entrepreneur peut continuer à affiner son projet avant une augmentation de capital. A terme, la Région wallonne deviendra probablement notre partenaire, avec un maximum de 10% de parts dans la société. » En mai 2018, QuickLyric dépassait le million de téléchargements dans le monde, devenant dans la foulée l’application belge la plus populaire sur le plan international.

Le jeune âge comme atout pour entreprendre ?

D’après Guillaume Hachez, un peu des deux... « Cela peut être un désavantage face à un investisseur qui ne vous prend pas au sérieux... Être jeune peut aussi être source de préjugés, surtout lorsqu’on n’a pas encore fait ses preuves. Mais on peut contrer cette faiblesse grâce à un dossier solide. »

Guillaume Hachez était encore étudiant lors du lancement de l’appli. « Je voulais à tous prix terminer mes études. Mais le milieu – surtout aux États-Unis - m’a vite fait comprendre que ce n’était plus utile de décrocher un diplôme lorsqu’on avait réussi à lancer un projet à succès. L’idée a fait son chemin, et j’ai finalement arrêté mes études pour me lancer complètement dans mon business. »

Par ailleurs, le jeune entrepreneur met en avant l’audace que permet la jeunesse. « On n’a pas encore de responsabilités familiales, d’emploi stable à abandonner... On ne doit pas renoncer à une cage dorée. »

Pour le créateur de l’appli, la Belgique serait à la traîne au niveau entreprenariat. « C’est le pays européen avec le plus faible taux d’entreprenariat. On compte 3,6% d’entrepreneurs contre une moyenne européenne de 9%. Mais ceux qui se lancent sont plus sûrs de leur coup : ils échouent moins qu’ailleurs.  »

Préparez le terrain pour le futur dès aujourd’hui

Dans les semaines à venir, l’appli devrait encore se perfectionner. « Nous allons lancer une traduction d’une langue à l’autre. Le lancement est imminent », se réjouit Guillaume Hachez. Autre défi : la disponibilité sur IPhone. « Nous sommes pour le moment accessibles uniquement sur Android, ce qui représente 85% des utilisateurs dans le monde. Il est important d’évoluer sans cesse pour rester dans la course. »

Le jeune entrepreneur et son associé préparent également une levée de fonds de 300 à 500 000 €. « J’ai noué de nombreux contacts avec des investisseurs privés lors du salon TechCrunch Disrupt de San Francisco. Cet apport financier devrait nous permettre, à terme, de créer une équipe plus étoffée permettant de mieux répondre aux besoins du marché. Le réseautage est particulièrement important pour asseoir son business. »

 

Guillaume Hachez

Guillaume Hachez

Guillaume Hachez a fondé, à 22 ans, sa première entreprise via l’application QuickLyric, très téléchargée en Belgique. Ce jeune entrepreneur passionné par les startups et le développement d'applications mobiles ambitionne de rendre l'entrepreneuriat et le développement de logiciels plus accessibles et plus attrayants pour le grand public.