Bien que les statistiques varient en fonction de la source, il est clair que l’entrepreneuriat est encore et toujours une affaire d’hommes. Afin de stimuler l’entrepreneuriat chez les femmes, BNP Paribas Fortis Wealth Management et She & Company ont récemment organisé l’événement « Women inspiring the future », qui a mis à l’honneur trois jeunes femmes entrepreneurs prospères. Lisez ici l’histoire de Katrien Herdewyn, créatrice de la marque de chaussures Elegnano alliant mode et science, et découvrez comment, sur la voie de l’entrepreneuriat, elle a tordu le cou à toute une série de stéréotypes ! 

La différence entre les hommes et les femmes entrepreneurs

Sans vouloir trop généraliser moi-même: quand je compare les hommes et les femmes sur le plan de l’entrepreneuriat, j’observe quand-même de nettes différences. Les femmes sont généralement plus incertaines et ont plus de doutes, si bien que leurs décisions sont souvent plus réfléchies et moins impulsives. Elles sont aussi plus honnêtes et plus enclines à admettre que les affaires ne vont pas si bien. Les hommes, quant à eux, ont tendance à présumer de leurs capacités, ils n’admettent pas facilement que les affaires vont mal. Cela peut être très intimidant, surtout pour les jeunes femmes, ce qui provoque à son tour des doutes. 

Lutter contre les stéréotypes

En secondaire, où j’étais en option sciences-math, il y avait un équilibre garçons-filles. Quand j’ai commencé mes études d’ingénieur civil à l’université, c’était une autre histoire : 10 % de femmes, 90 % d’hommes. À l’époque, j’ai été plusieurs fois confrontée aux clichés et à la répartition des rôles classiques : des étudiants qui partaient du principe que je rédigerais le rapport et la présentation alors qu’ils feraient le travail de réflexion, ou des personnes qui me prenaient pour la secrétaire alors que je partageais un bureau avec quatre hommes pendant mon doctorat en physique.

Et même aujourd’hui, maintenant que je gère ma propre entreprise avec Elegnano, je dois souvent encore clarifier ma position lors des salons et événements, et les gens vérifient si c’est bien mon entreprise et si j’arrive à en tenir les rennes. Cela montre qu’il y a encore beaucoup de stéréotypes dans l’inconscient collectif et combien il est difficile de les briser. 

Dépasser les attentes

Au début, tout cela m’indignait. Mais c’est finalement devenu une motivation supplémentaire ; cela m’incitait encore plus à me donner à 100 % et à prouver que je pouvais réussir aussi bien qu’un homme. Et cela m’a aussi souvent permis de créer une sorte d’effet de surprise : « oui, je suis une femme dans un monde 

d’hommes, mais j’en ai aussi dans le ventre », alors que les gens n’en attendaient peut-être pas autant de moi. Il a donc été plus facile de dépasser ces attentes. De plus, si vous pouvez prouver, en tant que femme parmi 20 hommes, que vous avez autant de valeur qu’un homme, vous sortez tout de suite du lot, et les gens retiendront votre histoire, et pas celle des 20 autres. Bref, ce qui peut sembler une difficulté à première vue peut peut-être finir par jouer en votre faveur.

En tant que femme entrepreneur, je n’ai pas l’impression de ne pas avoir reçu d’opportunités parce que je suis une femme. Vous devez tout au plus parfois faire vos preuves : montrer que vous avez les rennes bien en main, que vous connaissez les différents aspects de votre métier et que vous savez de quoi vous parlez. Mais une fois que vous avez fait vos preuves, tout le monde vous respecte. Après tout, que l’on soit un homme ou une femme, faire des affaires est la même chose pour tous !


Katrien Herdewyn

Katrien Herdewyn

Katrien Herdewyn est diplômée ingénieur civil et a suivi plusieurs formations de mode et de design en Belgique et à l’étranger. Elle a lancé Elegnano en 2014 et dès l’année suivante, elle remportait le prix Unizo 'Starter of the Year'.