En 2008, l’entreprise de transport où Alexandra Limage travaillait a fait faillite. Elle a alors décidé de reprendre elle-même l'entreprise. Les premières années ont été difficiles, mais sa persévérance a été récompensée :  Sprint Transport s'est développé et est devenu une PME de 38 employés et 28 véhicules. Récemment, Limage, qui opère dans un monde traditionnellement très masculin, a même été nommée « Entrepreneuse de l’année ». Elle nous raconte ici comment elle y est parvenue.

D’abord effectuer des recherches, puis saisir les opportunités

Alexandra Limage a commencé à travailler en 1999 comme conductrice de camion dans l’entreprise de transport limbourgeoise Limage. Elle n'a pas tardé à assumer d’autres responsabilités. « En 2008, je m’occupais pratiquement de tout, excepté de la gestion financière. Je constatais à l’époque beaucoup d’irrégularités : par exemple, les montants de la TVA et les cotisations de la sécurité sociale n’étaient pas payés... Et je disais souvent à mon mari que je pouvais faire mieux. Quand la société a finalement fait faillite, il m’a encouragée à saisir l’opportunité et à racheter l’entreprise. »

Avant de procéder au rachat, Limage a appelé personnellement tous les clients pour leur demander s’ils souhaitaient continuer à travailler avec l’entreprise. « J’avais besoin de cette assurance pour m’engager sur cette voie. Finalement, j’ai fait une offre de 115 000 euros à l’administrateur judiciaire pour reprendre le fonds de commerce. C’était apparemment l’offre la plus élevée : je possédais donc une entreprise, mais je n'avais pas encore de numéro ONSS et je n’étais encore affiliée à aucune Caisse d'assurances sociales. »

La situation financière

Limage a commencé immédiatement par élaborer un plan financier. « J’ai estimé que j’avais besoin d’environ 40.000 euros par mois pour assurer le fonctionnement de l’entreprise et pour payer les 16 employés que j’avais repris. Je suis allée présenter mon plan avec beaucoup d’enthousiasme à la banque et ils m’ont accordé un crédit de caisse. Et c’est ainsi que nous avons démarré. »

« J'avais perdu tous les bons camions car ils appartenaient à une société de leasing. Il ne me restait que les plus vieux véhicules. J'ai alors décidé d'engager un garagiste qui était chargé de remettre continuellement à neuf les camions étant donné que nous n'avions pas d’argent pour en acheter de nouveaux. C’était un peu comme si j’essayais d’éteindre un incendie avec un tuyau d'arrosage. Ensuite, nous avons dû faire face à la crise de 2008.  À un moment donné, le téléphone a cessé de sonner. »

Honnêteté et sincérité avant tout

C’était le début d’un épisode difficile pour Sprint Transport. « Nous avons eu la chance d’avoir pendant cette période quelques contrats pour des transports réguliers, notamment pour le transport de journaux. Mais à l’époque, l’important était encore de faire autant d’économies que possible et de tirer le meilleur parti de chaque euro. Et surtout : espérer que les clients ne tardent pas trop à payer leurs factures. »

À un moment donné, la crise était si sévère qu’Alexandra n'avait plus assez de travail pour tous ses employés. « J’ai alors réuni tout le personnel et j'ai demandé qui était prêt à travailler moins afin d’économiser sur les charges salariales. Je leur ai promis de leur rendre davantage d’heures de travail ultérieurement, quand la situation se serait améliorée. Plusieurs personnes ont accepté cette proposition. Il y a eu aussi le départ d’une personne que nous n’avons pas remplacée. Et pour le reste, nous avons eu recours autant que possible à des travailleurs intérimaires. Cela n'a pas été facile, mais j’ai toujours été sincère et honnête vis-à-vis du personnel et c’était apprécié. »

Demander des conseils aux collègues (de la profession)

Limage n’a jamais hésité à demander des conseils à ses collègues ou même à ses concurrents. « Plus d’une fois, j’ai appelé un concurrent pour lui demander des conseils sur la meilleure approche à adopter ou sur la meilleure façon de résoudre des problèmes spécifiques, par exemple, quand plusieurs camions tombaient en panne en même temps. Au début, ils étaient assez surpris, mais, après un certain temps, j’ai remarqué qu’ils commençaient eux aussi à m’appeler. En fin de compte, cela a donné lieu à de belles collaborations et même à des relations d’amitié. »

« Par ailleurs, il est utile de chercher un comptable compétent. Le secrétariat social et l’avocat représentent aussi une valeur ajoutée. Enfin, j’ai tout de suite adhéré à une association professionnelle : ils peuvent nous aider en fournissant toutes sortes de conseils et de services, mais aussi avec leurs formations ou sessions d’information. Souvent, j’étais la seule femme dans la salle lors de ces réunions, mais après trois réunions, plus personne n’y prêtait attention. »

Penser à long terme, c'est payant

Un autre conseil de Limage : gardez l’œil sur vos coûts. « Au tout début, par exemple, nous avions encore une flotte de camions très vieux, hérités de l'ancien propriétaire. J'ai contrôlé les coûts de chaque camion et je suis allée ensuite à la banque avec ces chiffres. Je leur ai expliqué que je perdais beaucoup d'argent avec les travaux de réparation et qu’il serait plus rentable d’investir dans des véhicules d’occasion de qualité plutôt que de continuer à remplacer continuellement des moteurs et des boîtes de vitesses usés. Grâce aux chiffres que j’ai présentés, j’ai réussi à convaincre la banque de m’accorder un prêt pour acheter de nouveaux camions. Cela m’a permis de réduire considérablement mes frais d'entretien et, à long terme, de réaliser des économies. »

Croyez en vous-même et en votre entreprise

Et pour terminer, le conseil le plus important de Limage : « Croyez-y ! Entreprenez et donnez-vous à fond dans votre projet. En tant qu'entrepreneur, vous pouvez accomplir des choses fantastiques. Même si ce n'est pas toujours un long fleuve tranquille, bien sûr. Pendant la crise, j’ai souvent eu le moral dans les talons, mais je ne l’ai jamais montré sur le lieu de travail. Heureusement, à cette époque, le soutien de mon conjoint m’a aidée à faire face à la situation. Grâce à lui, je trouvais à chaque fois le courage de persévérer et d'aller de l'avant.»

Alexandra Limage - Sprint Transport

Alexandra Limage

Alexandra Limage a commencé à travailler en 1999 comme conductrice dans une entreprise de transport limbourgeoise. Après la faillite de l'entreprise en 2008, elle a repris et relancé l'entreprise. Aujourd’hui, Sprint Transport est une PME prospère qui emploie près de 40 personnes. En 2018, elle a été sacrée « Entrepreneuse de l'année » aux WOMED Awards d’Unizo, Markant vzw et VLAIO (L’Agence flamande pour l’innovation et l’entrepreneuriat).