Avoir une forte croissance en période de crise et dans un secteur d’activité qui connaît des restrictions, c’est possible ! C’est le cas du groupe Eloy, actif dans la construction et le traitement des eaux depuis plus de cinq décennies. Si l’entreprise familiale affiche un chiffre d’affaires consolidé de 80 millions d’euros, elle a dû affronter – et affronte toujours – la crise et les restrictions budgétaires qui planent sur le secteur des travaux publics. Louis Eloy, administrateur délégué du groupe, explique comment il est parvenu à transformer ce contexte difficile en véritable opportunité de développement.

Faire d’un obstacle une opportunité de croissance

Dans la construction, les changements de paradigmes - tant sectoriels, entrepreneuriaux que technologiques - ne manquent pas. Louis Eloy illustre comment son entreprise a su bien amorcer les virages : « Au début des années 2000, nous avions trouvé un partenaire en Flandre. Cela allait nous permettre de nous développer conjointement de part et d’autre de la frontière linguistique. Malheureusement, ce partenaire a été racheté par un groupe international actif dans le même secteur que nous (ndlr : le traitement des eaux). Notre partenaire est donc devenu un concurrent. C’est à ce moment-là que nous avons choisi d’investir dans un autre métier : la fabrication de cuves en béton pour le traitement des eaux usées. Avec le recul, ce qui faisait au départ l’effet d’une bombe est finalement devenu une magnifique opportunité de croissance. Cela nous a en effet permis de gérer le produit dans sa globalité ».

Multiplier les défis et être agile

En plus d’évoluer dans un contexte économique difficile, Louis Eloy fait face à un autre double défi : traiter avec des clients privés locaux eux aussi touchés par la crise, tout en se déployant à l’international. « Etre sur tous ces fronts est un facteur important de croissance. Cela est gage de la stabilité du groupe : si l’un des secteurs dans lesquels nous sommes actifs affiche de moins bons résultats, l’autre permet de retrouver un équilibre. Cette polyvalence, nous la retrouvons également au sein du personnel, qui est capable de passer d’un département à l’autre. Et cela, sans remettre en question l’emploi. Pour les collaborateurs, cette agilité est une réelle motivation car elle permet de nouveaux défis (via la mobilité en interne). Et pour l’entreprise, cette mobilité est une richesse, car il est ainsi possible de travailler dans la continuité tout en apportant de nouvelles idées ».

Savoir investir judicieusement

Au regard d’autres domaines, le secteur de la construction reste assez traditionnel, ce qui n’a pas empêché l’entrepreneur d’investir très tôt dans les technologies innovantes. Et cela lui a permis d’avoir une longueur d’avance sur ses concurrents et de développer son métier de façon rentable : « Ça a été le cas avec l’acquisition, par exemple, de :

  • Un système GPS adapté à la gestion des chantiers. Il apporte une précision extrême lors de terrassements de grande ampleur. Il permet également de suivre en temps réel le travail de nos engins. C’est tout profit pour une analyse plus rapide et plus juste ;
  • Un drone qui réalise des relevés topographiques à grande échelle. En un seul vol de 40 minutes, celui-ci couvre une superficie de 30 hectares. Il réalise en quelques dizaines de minutes ce que trois géomètres mettraient une semaine à effectuer. 
On prend évidemment des risques lorsqu’on est les premiers et qu’on teste des prototypes. Mais avec le recul, on réalise que, sur le long terme, on a un excellent retour sur investissement ».

Avoir des valeurs et une vision commune

Sens inné pour la diversification, capacité de se réinventer, goût pour l’innovation… Tout cela constitue de solides atouts lorsque l’on entreprend dans un contexte économique difficile. Mais encore faut-il être capable d’anticiper les crises : « Ce n’est pas quand le mur s’écroule qu’il faut remonter l’échafaudage ! ». Faire preuve de sagesse et de pragmatisme, voilà ce qui se perpétue sur trois générations d’entrepreneurs chez les Eloy : « Notre papa nous a légué des valeurs cruciales en matière d’entrepreneuriat, que nous sommes occupés à transmettre à nos enfants :

  • Satisfaire le client avant tout ; 
  • Partir du principe que rien n’est jamais assez parfait et veiller à une amélioration continue ; 
  • Ne pas tout miser sur la rentabilité à court terme ; 
  • Ne jamais remettre à demain ce qui peut être fait aujourd’hui.

C’est ainsi que nous concevons notre métier. Cette vision commune a permis à mon frère, ma sœur et moi d’œuvrer main dans la main. Nous parlons aussi comme un seul homme et nous sommes prompts aux décisions. Nos réunions ne durent jamais des heures. Travailler en famille et dans cet état d’esprit constitue une véritable force face, par exemple, à de gros groupes où l’on met six mois pour tomber d’accord sur un plan d’actions ». 

Louis Eloy

Louis Eloy

Louis Eloy, 62 ans, appartient à la seconde génération de la famille d’entrepreneurs Eloy, actif dans le secteur de la construction et du traitement des eaux depuis plus de 50 ans. Alors qu’il a commencé un jour sur les chantiers, il est aujourd’hui administrateur délégué du groupe, tout comme son frère. L’entreprise compte maintenant près de 400 travailleurs ainsi que des filiales jusqu’en Australie et Nouvelle-Calédonie. Elle distribue ses produits dans une trentaine de pays.