Actuellement, la plupart des jeunes sont principalement orientés vers un plan d’études, réputées comme chemin le plus direct et efficace vers le marché de l’emploi. Selon Robin Lespagnard, fondateur du site de comparatif Selectos, il faut éviter que cette tendance ne nuise au développement de la mentalité entrepreneuriale. Il nous livre ici son témoignage sur son parcours d’étudiant et d’entrepreneur.

Les études, le chemin le plus classique vers l’emploi

Pour la majorité des jeunes, le chemin vers l’emploi est celui des études, et non celui de l'entrepreneuriat. Pourtant, de plus en plus d’étudiants de l’enseignement supérieur pensent à lancer leur projet. En effet, les jeunes de moins de 35 ans s’avèrent être les plus avides d’entreprendre. Ils ont soif d’apprendre, mais plus particulièrement dans leur domaine d’intérêt. Critiques envers ce qu’on leur enseigne, il semblerait que les étudiants soient de plus en plus impatients et pressés d’entrer dans le monde du travail, dans une vraie vie active. Ceci explique que l’idée d’entreprendre en séduit beaucoup. Certains d’entre eux ont alors tendance à moins s’impliquer dans l’apprentissage, trop passif à leurs yeux, que sont les cours théoriques. 

Robin Lespagnard, ancien étudiant en e-business à la Haute Ecole de la Province de Liège nous explique : « Lors de mes études, j’ai souvent ressenti que ces élèves étaient vus par certains comme des fainéants ou des rebelles sans respect ni patience. Pourquoi ne pas voir ceux-ci comme de potentiels entrepreneurs, plein de rêves et d’ambitions, excités à l’idée d’avoir un impact positif sur la société ? »

Dans un tel environnement, que se passe-t-il lorsqu’un étudiant lance un projet entrepreneurial durant ses études ? S’il est possible de combiner études et entrepreneuriat, certains se retrouvent face à un choix beaucoup plus compliqué : mes études, ou mon projet ? Récemment, Robin a rencontré ce dilemme :  « Je me suis torturé l’esprit pendant des mois pour prendre ma décision. D’un côté, il y avait le parcours classique et sécurisant des études, avec ma famille qui m’encourageait fortement à les terminer. De l’autre, l’inconnu, le risque de tout perdre si mon projet ne fonctionnait pas. »

La plus dure décision d’une vie

Arrêter ses études est un choix particulièrement ardu à faire. Certes, des solutions telles que le statut d’étudiant-entrepreneur existent. Mais, l’étudiant est néanmoins fortement encouragé à terminer ses études, même lorsqu’il peine à progresser ou à se plaire dans son choix d’études. Alors, entre avis externes souvent contradictoires et peur de l’échec, c’est une décision qui peut changer le cours de votre vie. Pourtant, si vous avez un projet auquel vous croyez, et qui montre des résultats encourageants, pourquoi pas ? 

Pour Robin, le choix s’est finalement imposé assez naturellement. Il nous confie : « Après de nombreux projets, l’un d’eux a enfin montré des signes de succès. Il s’agissait d’un petit site de conseils autour des chromebooks : Chromebookeur. Après seulement quelques mois, le site s’est imposé comme le site de référence francophone. Monétisé via l’affiliation, il générait des revenus en redirigeant les visiteurs vers un e-commerce. Après un an de croissance, le site avait tant grandi qu’il générait assez de revenus pour que j’envisage d’en vivre. Et c’est là qu’un choix crucial s’est imposé : poursuivre mes études jusqu’à la fin, ou les arrêter pour me consacrer à temps plein à mon projet ? J’ai alors suivi, non pas les conseils de mes professeurs, ou les désirs de sa famille ni les normes de la société, mais bien mes tripes. Je voulais prouver, autant aux autres qu’à lui-même, que j’étais capable de réussir dans la vie malgré son parcours estudiantin plutôt médiocre. »

La croissance du projet

Passer du statut de start-up à celui d’entreprise à part entière est un vrai parcours du combattant. Il est nécessaire de mettre en place une structure solide pour maximiser les chances de succès de votre projet. Mais si vous y croyez, et à force de persévérance, l’implication peut payer ! 

« Après avoir été accompagné par l’incubateur de start-up Venturelab, j’ai fini par constituer ma SPRL et m’installer dans mes propres bureaux. J’ai d’ailleurs récemment engagé mes premiers employés. Alors que j’étais seul à la tête du projet, notre équipe compte désormais 6 employés et nous travaillons également avec des rédacteurs freelances. Après 1 an de croissance, et plus de 10 000 visiteurs par jours, j’ai récemment effectué un rebrand de la marque pour devenir Selectos dans l’optique de mieux refléter le rôle du site de conseils d’achat généraliste. »

L’accomplissement et la joie

Malgré un chemin semé d'embûches, lorsqu’il regarde en arrière et pense à sa décision d’arrêter ses études, Robin est très heureux de son choix : « Je me sens tellement mieux à ma place que lorsque j’étais étudiant. Pour beaucoup, le chemin classique des études vers l’emploi est bien adapté, mais pour moi, il ne l’était pas. J’espère que plus de personnes vont réaliser que les études ne sont pas la seule voie, et qu’il existe de merveilleuses structures pour accompagner les étudiants-entrepreneurs. »

Le parcours de Robin montre que le chemin vers l’emploi n’est pas toujours celui que l’on croit. L’envie d’entreprendre peut ouvrir de nouvelles voies pour accéder à la vie active. Et bien sûr, à côté de parcours scolaires parfois longs et complexes, il est également important d’encourager l’esprit entrepreneurial et d’accompagner ceux qui en font preuve.

Robin Lespagnard

Robin Lespagnard

Robin Lespagnard est fondateur et gérant de Selectos.eu, site de comparatif de produits et de conseils d’achats. Ayant arrêté ses études d’e-business en 2018 pour se consacrer à temps plein à ses projets entrepreneuriaux, Robin est très attaché à promouvoir l’esprit d’entreprendre chez les jeunes.