Qu'est-ce qu'un starter peut attendre exactement de sa banque et dans quelles phases de l’entreprenariat celle-ci peut-elle jouer un rôle ? Ludwig Dumont, fondateur de l'agence de contenu numérique Contento, explique comment BNP Paribas Fortis l’a aidé à mettre son entreprise sur les rails.

Trouver du bon contenu

Contento est une entreprise qui automatise les campagnes de médias sociaux pour les PME. « Nous constatons souvent que les petites entreprises n'ont pas le budget, le temps et le personnel nécessaires pour bien gérer et alimenter leurs réseaux sociaux », explique M. Dumont. « Nous pouvons automatiser ce processus pour eux car s'agit souvent d'un travail très répétitif : vous cherchez et trouvez du bon contenu, vous le planifiez et puis vous le partagez. Ce sont des tâches qui peuvent être parfaitement automatisées par un logiciel ».

Afficher du contenu pertinent

D’un point de vue pratique, la technologie de Contento trouve des contenus pertinents sur Internet et les partage automatiquement via les réseaux sociaux de ses clients. Pour un fabricant de cuir, par exemple, des articles de circonstance sur les chaussures, les sacs à main et la mode sont partagés via son LinkedIn, Facebook ou Instagram. « Ce n'est pas aussi évident pour toutes les entreprises », explique M. Dumont. « Par exemple, un petit épicier qui vend des légumes cultivés localement par souci pour l'environnement est le client idéal. Nous avons là une histoire avec laquelle nous pouvons travailler et il sera beaucoup plus facile de trouver et de partager des articles pertinents. Nous voulons surtout diffuser des contenus utiles à l'internaute, comme par exemple un article sur le faible impact environnemental des haricots provenant de plantations locales. Par contre, cela est plus compliqué pour une autre épicerie locale. Un article dans lequel les employés de la boutique sont présentés, ça n'a pas beaucoup d’impact pour les gens ».

L'importance des réseaux sociaux

L'idée de Contento est née à San Francisco. « Il y a là toute une communauté d’entrepreneurs belges, qui vivent ensemble dans un espace de coworking de BelCham, la Chambre de Commerce belgo-américaine. Nous en faisions partie. Nous avons observé que les médias sociaux sont soudainement devenus très importants pour les entreprises, mais qu’en même temps il n'y avait pas du tout d'offre adaptée pour les PME, bien qu'elles s'y intéressent. Le modèle économique des agences digitales traditionnelles n'est pas fait pour ceux-ci. Je le sais, car j'avais déjà une agence digitale en Belgique (rires) ».    

A l'origine, Dumont a développé l'idée de Contento avec l’aide d'imec.istart, l'incubateur de l'entreprise technologique louvaniste portant le même nom. « C'est là que nous avons rencontré BNP Paribas Fortis pour la première fois. Ils sont l'un des partenaires d'istart. » nous explique-t-il, « Je suis moi-même un ancien employé de la banque, j'étais déjà là lors des débuts du blog Bizcover, donc nous n'étions pas complètement inconnus les uns des autres (rire) ». 

Vite, une entreprise

Ludwig Dumont a d'abord fait appel aux services de BNP Paribas Fortis pour la création de la société Contento. « A l’époque, il fallait aller très vite parce qu'une première levée de fonds approchait et que nous avions aussi trouvé un business angel qui voulait investir en nous. Seulement, à ce moment-là, nous n’avions encore aucune entreprise. La banque a alors créé un compte bloqué en un temps record et préparé tous les documents nécessaires à l'établissement de l'acte notarié ».

Relation humaine

En plus des questions financières et administratives, la banque apporte également son aide sur des questions plus pratiques, explique Ludwig Dumont. « Je pense que nous avons une relation très humaine avec la banque. Ils cherchent toujours avec nous des clients potentiels, des collaborations intéressantes et des opportunités. Ils nous ont également conseillé, par exemple, dans le choix d'un bureau social. Et maintenant que nous nous préparons pour une deuxième levée de fonds, leurs conseils valent de l’or ». 

Aide active

Ludwig Dumont voit le passage de la banque "passive" à l'aide "active" se produire depuis un certain temps déjà. Et pas seulement chez Contento, mais aussi chez d'autres starters. « Je trouve que c’est une bonne évolution. Aider les starters n'est pas aussi évident qu’on pourrait le penser. Il s'agit souvent de petites entreprises qui sont encore loin d'être sûres de survivre, sans parler du fait qu'il y a beaucoup à y gagner. La banque est donc dévouée à la société et c'est formidable à voir ».

Cohésion sociale

Avec Contento, Ludwig Dumont veut aussi prendre cet engagement. « J'aimerais que nous devenions le principal partenaire qui a donné aux PME belges une empreinte digitale dans cinq ans, et ce sans avoir à dépenser une fortune. De cette manière, nous pouvons créer des emplois dans les petites entreprises et contribuer à une plus grande cohésion sociale. Prenez les rues commerçantes d'aujourd'hui, je n'ai rien contre les grandes chaînes, mais le travailleur indépendant y a perdu sa place. Avant, c'était très différent : les travailleurs indépendants se réunissaient constamment pour acheter des choses et se soutenir mutuellement. Cela crée un tissu social. Pour moi, ce n’est pas une époque révolue ». 

Ludwig Dumont

Ludwig Dumont

Ludwig Dumont a suivi une formation pour devenir Master of Science à la Ehsal Management School ainsi qu’une formation en Business Strategy à la Vlerick Business School. Il a travaillé pour Sodexo et Ormit et a ensuite occupé les postes de ‘Digital marketing and innovation manager’ et de ‘Innovation Catalyst’ chez BNP Paribas Fortis. Ludwig Dumont est également le fondateur de TechMediaGroup, un bureau en charge de projets de marketing digital. En mai 2018, il a commencé à travailler pour Contento, un bureau de digital content.