Faire le grand saut de l’entrepreneuriat n’est pas donné à tout le monde, surtout lorsqu’on a déjà un emploi. Plus qu’une bonne idée, cette démarche risquée demande beaucoup de volonté et de rigueur. David Goldenberg a quitté un emploi confortable pour lancer sa propre entreprise. Dans cet article, il nous livre les 5 paliers à franchir avant de donner votre démission.

1. Avoir l’opportunité et l’envie d’entreprendre

Entreprendre, c’est la volonté d’avoir plus de maîtrise sur les choix que nous faisons et/ou de mener un projet personnel. Bien souvent, ce besoin peut déjà être assouvi dans le cadre de votre emploi actuel et une discussion avec le management peut faire l’affaire. 

Selon moi, se lancer à son compte doit découler de deux choses primordiales : l’opportunité et l’envie. Vous devez avoir identifié un manque, un trou dans le marché qui sera le vôtre et marquera la nécessité de voir votre projet se réaliser. Et c’est cette envie, cette volonté de concrétiser une idée et de la voir aboutir, qui doit être votre plus grande motivation. Sans elle, vous risquez de déchanter au moindre obstacle. 

2. Mettre son idée et sa motivation à l’épreuve

Vous pensez avoir l’idée et l’envie qu’il faut ? Ne quittez pas votre job tout de suite et profitez d’un temps de réflexion pour tâter le terrain et mettre votre motivation à l’épreuve car le statut d’indépendant n’est pas toujours facile à porter. Pour ce faire, je vous conseille d’aller à la rencontre d’un maximum d’indépendants pour confronter votre vision. 

Si possible, faites une journée d’essai (souvent gratuites) dans un ou plusieurs espaces de coworking pour y sentir l’atmosphère et y rencontrer différents profils d’entrepreneurs. Si vous ne pouvez pas vous libérer facilement, participez à des événements et formations en soirée ou discutez simplement avec des membres de votre entourage qui sont déjà indépendants. 

Bref, rencontrez et surtout écoutez un maximum de personnes concernées afin de mieux comprendre le milieu si particulier de l’entrepreneuriat. Ces rencontres permettront également de valider ou réfuter certaines hypothèses liées à la conception de votre entreprise, à condition bien sûr de ne pas surprotéger votre idée.

3. S’entourer et s’organiser pour ne pas paniquer

Comme vous l’aurez certainement constaté au fil de vos rencontres, l’incertitude et la solitude sont omniprésents dans le quotidien d’un entrepreneur. Face aux nombreuses responsabilités et décisions à prendre (souvent en solo), il est aisé de tomber dans la paranoïa et de vous replier sur vous-même. 

À mon sens, il n’existe que deux remèdes contre cet état d’anxiété : l’organisation et l’entourage. Avant même de quitter votre emploi, structurez au maximum votre projet en appliquant des méthodes pratiques telles que celles du Lean Canvas ou du Business Model. Ayez les reins solides et réponse à tout pour affronter au mieux la dure réalité du marché ! 

Aussi, il est essentiel de bien vous entourer et de bénéficier de l’appui d’un mentor, d’une personne de confiance que vous consulterez régulièrement pour faire le point. Le Réseau Entreprendre, 1819 et Be Angels proposent ce genre d’accompagnement. 

4. Vérifier la rentabilité de son concept

Motivé, bien organisé et bien accompagné, Vous disposez à présent d’un cadre propice au lancement de votre entreprise. Dans la mesure du possible, vérifiez la validité de votre concept tout en restant dans votre job actuel. Négociez la diminution progressive de votre temps de travail ou, si votre emploi le permet, modifiez vos horaires pour libérer une partie de votre journée qui sera alors consacrée au développement, à la prospection ou à un rendez-vous chez votre banquier. 

En affrontant le terrain tout en conservant votre emploi, vous goûtez au monde de l’entrepreneuriat, gagnez progressivement de l’expérience et, surtout, vérifiez si votre business model est rentable par l’acquisition de premiers clients. Tant que ce n’est pas le cas, révisez votre copie ! 

5. Bien partir et garder les pieds sur terre

Au moment de donner votre démission, rappelez-vous que votre employeur peut devenir l’un de vos premiers clients ! Il est dans l’intérêt de tous que la relation se termine de la meilleure des manières. Une fois les talons tournés pour de bon, gardez les pieds sur terre et avancez avec prudence et confiance dans le monde de l’entrepreneuriat. 

David Goldenberg

David Goldenberg

David Goldenberg est l’administrateur délégué de CVTrust, une start-up belge qui propose une solution de plateforme pour garantir l’authenticité de diplômes et de certificats.