« On prévoit une faible croissance économique en Belgique dans les années à venir », nous expliquait hier Peter De Keyzer, Chief Economist chez BNP Paribas Fortis, au cours de la conférence de presse sur les prévisions économiques semestrielles. « Les entrepreneurs belges remarqueront que leur marché va se développer moins rapidement et que la croissance de leur chiffre d’affaires sera plus faible que les décennies précédentes. Il leur faut donc miser sur les marchés florissants et savoir qu’innovation et exportation deviendront d’autant plus cruciales, étant donné que le reste du monde continue à croître à une cadence plus rapide. »

Tirer profit d’un marché en plein essor

« Le vieillissement de la population ne fait que s’accroître puisqu’un Belge sur dix aura plus de 80 ans d’ici 2050 ! Il s’agit donc d’un marché à forte croissance qui offre des opportunités aux entrepreneurs : chaises roulantes, appareils auditifs, maisons de repos, habitats adaptés, et j’en passe. S’il vous est possible de rebondir là-dessus, vous avez de bonnes chances de vous développer plus vite que la moyenne puisque les coûts de la sécurité sociale ainsi que le nombre de personnes âgées sont tous deux grandissants et déjà au-dessus de la moyenne. »

« Cela dit, le phénomène a aussi ses effets néfastes. Nous ne pouvons probablement pas préserver l’Etat-providence tel qu’il existe aujourd’hui. Un grand nombre de personnes sont professionnellement inactives tandis que l’on vit plus longtemps, jusqu’à une moyenne de 80 ans. Ceux qui ont 30 ans aujourd’hui, vivront probablement même jusqu’à 90 ans. C’est pourquoi il me semble primordial d’épargner suffisamment et de penser à temps à sa pension. »

Investir dans l’innovation

« L’innovation devient un facteur de plus en plus déterminant pour la croissance sur le long-terme. Les Ubers compliquent la vie des taxis d’aujourd’hui, AirBnB celle des hôtels et HelloFresh devrait par exemple avoir ce même impact sur nos supermarchés. Ce type de changements implique de mauvaises nouvelles pour le secteur concerné, mais il s’agit au final de quelque chose de positif car l’Histoire nous a montré qu’il fallait perturber le système pour créer du progrès. »

« La même chose a été constatée lorsque l’avènement des bateaux à vapeur fut une catastrophe pour les concepteurs de bateaux à voile, mais permit un énorme élan pour les gens qui manipulaient les machines à vapeur. Quand la transition vers les bateaux fonctionnant au diesel a ensuite commencé, ceux à vapeur ont eux aussi fortement souffert. Rétrospectivement, ce processus stimule le développement et la prospérité. C’est ce que l’on appelle le ‘progrès’. L’innovation est la source de la croissance et si vous faites en sorte d’innover plus que vos concurrents, il est alors possible de tirer profit d’un mauvais climat économique ! L’innovation peut se traduire par un produit, la façon de délivrer celui-ci, la manière dont vous vous organisez, le système d’intégration de vos fournisseurs et clients, ou encore l’adaptation de votre business model. »

Miser sur l’export

« Si vous pouvez exporter vers des marchés bénéficiant d’un meilleur essor que le nôtre, votre propre croissance n’en sera que plus grande. La première étape dans ce cadre est d’orienter les piliers de votre magasin en ligne vers l’étranger également. Notre partenaire Google propose d’ailleurs quelques outils afin de vous préparer à l’export. »

« À court-terme, le Brexit aura un impact négatif sur nos exportations. L’hésitation et le manque de certitude sur le caractère futur des relations commerciales va ralentir l’économie britannique. Cependant, Si l’Europe se saisit de cette crise pour créer une meilleure cohésion, il deviendra alors plus aisé pour les PME d’exporter dans tout le continent. Par le passé, nous avons en effet déjà pu constater que l’Europe ressortait plus forte des grandes crises. »

Peter De Keyzer

Peter De Keyzer

Peter De Keyzer dispose d’un master en Economie de l’Université d’Anvers et d’un diplôme en Risk Management de la Solvay Master Class. Il a occupé de nombreuses fonctions au sein du secteur bancaire, dont le poste de chef économiste chez BNP Paribas Fortis. En 2016, il lance sa propre agence de communication Growth Inc. où il occupe le poste de Managing Partner. 

Confirmer