Les idées ne servent à rien, si elles restent à l’état d’idée. C’est certainement ce qu’ont dû se dire les hommes et les femmes de notre pays lorsqu’ils ont créé leur entreprise. Il faut d’abord une idée, du courage et du travail ensuite, beaucoup de travail. Pieter Timmermans, administrateur délégué de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB), commente les grandes tendances et les chiffres de l’entrepreneuriat en Belgique.

La Belgique, un potentiel de croissance encore inexploité

Les idées ne servent à rien, si elles restent à l’état d’idée.
Je suis toujours heureux quand on me demande de parler de l’entrepreneuriat, car je suis fier de ce qu’accomplissent de nombreuses entreprises au quotidien, mais cela ne m’empêche pas de rester préoccupé. Force est de constater que par rapport au reste de l'UE, la Belgique n'est pas encore assez performante en la matière. On n’y crée que 2,5 entreprises pour 1.000 habitants. Un chiffre très éloigné de la moyenne européenne de 6,6 entreprises pour 1.000 habitants. 

Les femmes, un atout pour l’entrepreneuriat

Je me réjouis néanmoins d’entendre que certaines choses sont en train de changer et que les mots « crowdfunding » ou « business angels » font désormais partie de notre vocabulaire. Beaucoup de jeunes parmi lesquels de plus en plus de jeunes femmes ont envie de créer leur entreprise. Depuis 2004, le nombre de femmes qui se lancent dans l’entrepreneuriat a même augmenté proportionnellement plus fort que pour les hommes. En 2009, les femmes représentaient 30,5% du nombre total d’indépendants, chiffre qui a grimpé jusqu’à plus de 33% en 2015 (Source : FEB).

Un climat encourageant

Les réformes en cours dans notre pays sont de bon augure pour tous ces jeunes entrepreneurs. Grâce au tax shift et à des coûts salariaux plus compétitifs, ceci couplé à une politique volontariste pour les entrepreneurs et les start-ups, je ne doute pas que leur nombre continuera à gonfler durant les prochaines années. Mais il faut évidemment que tout cela se mettre en place.

Il y a en effet encore du chemin à parcourir, certainement en matière de facilitation administrative, de même qu’en termes de simplification et de réduction de l’impôt des sociétés. En effet, si la recette du succès pour la création d’une entreprise n’existe pas, celle d’un climat entrepreneurial stimulant elle, est bel et bien connue. Il faut encourager et soutenir le talent, la volonté et l'audace émanant de personnes dotées de créativité et animées du goût d'entreprendre.

Peut-être lisez-vous cet article sur un smartphone d’une entreprise bien connue de la Silicon Valley et pour laquelle tout a commencé au milieu d’un garage. Nous en revenons au début de cet article : les idées de Steve Jobs ne sont pas restées que des idées…

Pieter Timmermans

Contributeur:

Pieter Timmermans

Pieter Timmermans est ingénieur commercial de formation (KULeuven). Il est administrateur-délégué de la FEB et en cette qualité, négociateur dans le cadre des accords interprofessionnels conclus avec les syndicats et le gouvernement. 

Confirmer