Longtemps perçu comme un phénomène de société, le modèle économique du DIY (Do It Yourself) est en pleine croissance en Belgique. Mais est-ce vraiment durable et surtout comment l’appliquer à nos secteurs d’activités. Philippe Ledent, expert en politique économique, analyse cette nouvelle formule où le consommateur devient ‘consommacteur’.

Qu’est-ce que le DIY ?

Le Do It Yourself est le processus de commercialisation d’un produit ou d’un service dont la production ou la mise en fonction sont laissés à charge de l’acheteur et ne nécessitent donc pas l’intervention d’un professionnel. Il peut s’agir d’un bonnet à tricoter soi-même, d’un shampooing à faire à la maison ou encore d’un meuble à monter, tournevis et instructions en main.

Cette nouvelle méthode correspond à l’évolution du consommateur, de plus en plus à la recherche d’alternatives tant simples et créatives qu’économiques et durables. « Aujourd’hui, le DIY est un modèle en plein boom dans notre pays et sa croissance devrait continuer dans les années à venir », estime Philippe Ledent.

Une proposition win-win

Pour les entreprises, les avantages du DIY sont certains : moins d’intermédiaires, un cycle de production plus court et donc une diminution des coûts et une hausse de la capacité de vente. Pour le client aussi, le modèle économique correspond à un gain de temps et d’argent. Pensez, par exemple, au self check-in des compagnies aériennes ou encore aux magasins-entrepôts du géant IKEA, véritable pionnier du Do It Yourself.

La customisation comme expérience

Au-delà de l’aspect logistique et pécunier, le modèle répond à une réelle tendance actuelle : la customisation. « Nous customisons tout : nos vêtements, nos meubles et parfois même nos voitures ! Le DIY est une véritable expérience qui permet au client de se démarquer, d'être unique et de laisser libre court à son imagination tout en ayant l’énorme satisfaction de l’avoir fait soi-même », poursuit l’expert en politique économique.

Ouvrir votre activité au DIY

Certains secteurs, jusqu’ici chasse gardée des industriels, sont en train de basculer dans le phénomène, à l’image des boissons Soda Stream ou encore de la bière avec les kits de fabrication maison. Et pourquoi pas le vôtre ?

Pour Philippe Ledent, Internet est un canal à exploiter pour embrasser le phénomène. « La démocratisation du web et le développement des sites d’e-commerce ont rendu le concept populaire et accessible à tous. Aujourd’hui, il est possible de fabriquer soi-même une multitude d’objets à usage journalier grâce aux imprimantes 3D ou aux tutoriels diffusés sur internet ».

Philippe Ledent

Contributeur:

Philippe Ledent

Philippe Ledent est un expert en politique économique. Il préside actuellement Five Insurance Company ainsi que le conseil économique et social de la Grande région (CESGR).

Confirmer