“Vous devez améliorer votre cash-flow.” Ce conseil, de nombreux entrepreneurs l’ont souvent entendu durant leur carrière. Mais qu’est-ce que le cash-flow en réalité ? Et comment l’améliorer ? Nous avons posé la question à Martin van Wunnik, spécialiste des projets financiers.

Le cash-flow : qu’est-ce que c’est?

La manière la plus simple de définir le cash-flow est de dire qu’il s’agit de la différence entre tous les flux financiers entrants et sortants de votre entreprise. Il y a de l’argent qui rentre et de l’argent qui sort. La différence, c’est le cash-flow. Le but étant bien sûr qu’il y ait plus d’argent qui rentre que d’argent qui sort.

“Certains entrepreneurs considèrent le cash-flow comme le solde du compte en banque”, explique van Wunnik, “mais cela n’est pas une bonne référence, parce que c’est une sorte d’instantané, à un moment donné. Il se peut que le jour suivant, un gros client paie ou qu’une grosse somme doive être payée à la TVA.”

Pour avoir une bonne idée de son cash-flow, il faut reprendre ces flux dans un schéma ou dans un plan, estime van Wunnik. “Il existe beaucoup de modèles à cet effet et cela n’est pas du tout compliqué. Surtout si vous êtes un petit entrepreneur, vous ne devez pas élaborer de treasuryplan. L’idée est tout simplement d’avoir un aperçu par semaine ou par mois des flux financiers dans votre entreprise. Vous évaluez quand les clients paient, vous tenez compte des soldes de TVA, des acomptes, etc. Et vous obtenez ainsi une bonne vue d’ensemble de ces flux. Votre comptable peut vous aider à réaliser cela.”

Répartir les charges annuelles

Il existe également plusieurs façons très simples d’améliorer son cash-flow. En voici un aperçu, préparé par van Wunnik. “Les coûts annuels uniques, comme l’assurance auto ou l’assurance incendie… en termes de cash-flow, il est ridicule de les payer tous en une fois. Vous feriez mieux de négocier avec votre compagnie d’assurance un paiement échelonné par trimestre. Même s’il y a un léger surcoût, cela reste intéressant. Même chose pour le 13ème mois de vos employés, le pécule de vacances et les versements anticipés d’impôts (ce qui vous octroie une ristourne sur le décompte annuel). Ici aussi, le message est : étaler dans le temps. La plupart des banques octroient des prêts pour financer ces dépenses. Une fois de plus, même si vous devez payer un intérêt (très bas en général) la formule est intéressante d’un point de vue cash-flow.”

Des clients futés

Bien gérer ses débiteurs et les inciter à payer rapidement est évidemment une autre bonne idée. “Vous pouvez octroyer une ristourne au client qui vous paie rapidement”, rappelle van Wunnik. “Si votre débiteur est malin, il acceptera car la remise sera très probablement plus élevée que les intérêts qu’ils recevra sur le montant de son compte courant.”

Une des raison pour lesquelles il n’est pas recommandé d’avoir un cash-flow négatif : le crédit de trésorerie (dans lequel vous pouvez puiser rapidement) n’est pas bon marché.

Le crédit de trésorerie doit cependant seulement servir à couvrir les déficits financiers temporaires et est calculé en fonction. Vous ne payez quand même pas votre maison par carte bancaire.

L’avantage d’une trésorerie bien gérée en permanence est essentiel : pour couvrir tous les besoins de liquidité à un prix raisonnable sur le court terme et pour garantir la continuité de votre entreprise sur le long terme.

Martin van Wunnik

Contributeur:

Martin van Wunnik

Martin van Wunnik est directeur général d'ARSIMA PROJECTS et est spécialiste en projets financiers (consolidation, comptabilité, rapportage, trésorerie, etc.) et stratégies marketing. Avec son équipe, il assiste les entreprises et organisations dans la mise en place de leurs projets (internationaux). Martin collabore régulièrement avec FD Magazine.

Confirmer