Comment créer une logique d’épargne et de placement en accord avec votre trajet en tant qu’entrepreneur ? Voici quelques conseils précieux expliqués par Kenan Tabakovic, spécialiste produit chez BNP Paribas Fortis.

L’importance de l’épargne

Un bon début vers une épargne réfléchie est de réduire vos dépenses courantes, un exercice pas toujours évident à effectuer mais essentiel car l’épargne est un fondement solide sur lequel l’entrepreneur peut compter lors d’imprévus. Ce « matelas de sécurité » doit être suffisant : son montant dépendra notamment de vos prévisions de flux entrants et sortants, de vos projets, ou des assurances dont vous disposez. Si vous n’êtes pas certain du montant d’épargne à prévoir, le conseiller bancaire peut vous aider à le chiffrer en fonction de votre situation.

Se constituer une pension intéressante en 3 piliers

Le 1er pilier

Le premier pilier de la pension est la pension légale des indépendants. Celle-ci est souvent décriée comme « trop maigre », mais il existe toutefois divers outils fiscalement intéressants mis à disposition des entrepreneurs afin de combler l’écart entre la pension légale et le niveau de vie que vous souhaitez mener.

Le 2ème pilier

Il vous est avantageux de vous constituer une pension complémentaire du 2ème pilier. Elle est à la portée de chaque entrepreneur, à titre d’indépendant en personne physique ou dirigeant de société.

  • En tant que dirigeant de société : en plus de la PCLI, vous avez avantage à souscrire à une assurance-groupe appelée engagement individuel de pension (EIP). C’est « votre société » qui verse les primes tout au long du contrat mais c’est vous, en tant que dirigeant de la société, qui pourrez bénéficier du capital au terme. Cette assurance doit respecter la règle des 80 % pour que toute la prime soit fiscalement déductible, c’est-à-dire que la somme de la pension légale et de vos pensions complémentaires ne peut dépasser 80 % du dernier salaire annuel brut.

En quoi le 2ème pilier varie-t-il de la pension légale ?

Pour tout versement dans votre pot de pension complémentaire (respectant les règles et plafonds légaux), vous ou votre société bénéficiez d’un bon cadeau fiscal, notamment via l’assimilation de ces frais en tant que charge professionnelle, ce qui diminue la base imposable ; et/ou par la diminution de vos cotisations sociales dans le cas d’une PCLI.

Note pour les médecins, dentistes, kinésistes, pharmaciens, logopèdes ou infirmiers indépendants conventionnés : sous certaines conditions, il vous est possible de bénéficier d’une intervention financière de l’INAMI pour construire une pension complémentaire.

Le 3ème pilier

Dans l’optique d’encourager les initiatives individuelles et de ne pas discriminer les ménages dont l’employeur ne prévoit pas de pension complémentaire, le législateur a prévu la possibilité de vous constituer une pension complémentaire via le 3ème pilier. Celui-ci peut être établi via une épargne pension et/ou une épargne pension à long terme. Tout comme dans le 2ème pilier, vous versez une somme plafonnée annuellement qui fait l’objet d’une réduction fiscale. Notez qu’il est possible de combiner les 2ème et 3ème piliers tout en profitant de l’avantage fiscal de ces formules.

Le 4ème (et dernier) pilier: un plus pour votre pension

Le quatrième pilier consiste en vos plans de placements personnels, que ce soit sous forme de fonds de placements, de produits d’assurances, d’actions, ou d’investissements immobiliers. L’avantage est que vous pouvez le constituer librement sans contraintes de plafonds. En revanche, vous ne bénéficiez d’aucun avantage purement fiscal.

Vous l’aurez compris, l’offre en la matière est très vaste et la formule choisie sera différente pour chaque indépendant. Il est donc judicieux d’impliquer votre conseiller bancaire avant de faire votre choix !

Envie de connaitre le détail des solutions mentionnées plus haut dans l’article ?