Chaque trimestre, les indépendants et sociétés ont la possibilité d’effectuer des versements anticipés d’impôt. Cette formalité prend plus d’importance en 2017. Les taux de bonification et de majoration d’impôt étant à présent plus conséquents, comme en témoigne Sofie Claeys, Product Manager Professional Credits chez BNP Paribas Fortis.

Une bonification plus intéressante

Le Service Public Fédéral des Finances permet aux contribuables de payer leurs impôts de manière anticipée. Lorsque vous procédez de la sorte, des taux de bonification sont prévus. En 2016, le taux moyen était de 1,125%. Il s’élèvera dorénavant à la hauteur de 2,25% minimum.

« Les personnes physiques peuvent bénéficier d’une réduction sur le montant de leurs impôts à payer appelée également ‘bonification’ ». Elle est cependant moindre au fur et à mesure que l’année avance. Je conseille donc de s’acquitter de manière anticipée des impôts dans leur globalité, dès le premier trimestre, s’ils n’ont pas déjà été payés par le biais de la retenue du précompte professionnel.

Les sociétés, par contre, ne sont pas concernées par ces mesures de réduction d’impôt. Elles n’ont donc aucunement droit à la bonification, lorsqu’elles effectuent des versements anticipés. Attention, les sociétés sont néanmoins concernées par la majoration en cas d’insuffisance ou d’absence de versements anticipés, comme nous allons à présent l’observer.

Une majoration d’impôt plus conséquente

Des suppléments d’impôt ou ‘majorations’ s’appliquent lorsque les indépendants, leur conjoint aidant, les dirigeants d’entreprise ou les sociétés n’effectuent pas assez de versements anticipés au cours de l’année de taxation de leurs revenus professionnels. Le cas échéant, la majoration est calculée à l’aide d’un taux de référence fixé par la Banque Centrale Européenne.

À partir de l’année 2017, le gouvernement fédéral souhaite encourager davantage les indépendants et les sociétés à réaliser des versements anticipés. Maniant le bâton et la carotte, le fisc calculera dès à présent vos éventuelles majorations d’impôt à un taux de référence deux fois supérieur à celui de 2016. Alors qu’il était de 0,5%, il s’élèvera maintenant à 1% minimum.

« Cela signifie que, dès 2017, les majorations d’impôt en cas d’insuffisance ou d’absence de versements anticipés seront au minimum multipliées par deux par rapport à 2016. Comme nous l’avons déjà évoqué, elles atteindront, au minimum, 2,25% ». Il est donc dorénavant plus intéressant pour les indépendants et les sociétés de payer leurs impôts de façon anticipée.

Des versements anticipés sans puiser dans vos liquidités

En tant qu’indépendant ou gérant de société, vous ne disposez pas toujours des fonds nécessaires pour réaliser des versements anticipés. Vous investissez pour développer votre activité, préférez honorer vos dépenses sociales ou faites parfois face à de mauvais payeurs.

Vous pouvez alors avoir recours à l’emprunt afin de garder des liquidités sous la main. Le cas échéant, la banque prend en charge les versements à l’administration fiscale et vous avez la possibilité de rembourser à votre rythme, en fonction de votre budget. Les intérêts comptabilisés sur l’emprunt souscrit étant déductibles des impôts à titre de frais professionnel, un avantage fiscal peut, en outre, vous être accordé.

Confirmer