Un financement sain dans un plan financier sain

Nul besoin de (re)financer son entreprise si celle-ci ne dispose pas d'un plan financier sain. Lorsque le législateur impose aux sociétés de développer un business plan en bonne et due forme, il ambitionne de donner aux entrepreneurs un outil efficace et pertinent pour assurer la pérennité de leur activité. 

Néanmoins, ce plan financier ne reste souvent qu'un exercice unique, peu adapté à l'évolution naturelle de l'entreprise. Ce suivi sera pourtant la pierre angulaire d'un financement efficace et gérable de la croissance de l'entreprise.

Les piliers d’une gestion financière saine

Mettez en place un fonds de roulement net

Le fonds de roulement est une notion qui couvre l'ensemble des ressources durables d'une entreprise - mises à disposition par les actionnaires de l'entreprise ou via les revenus propres de ladite entreprise - qui permettent de faire face aux investissements et aux emplois nécessaires à l'exploitation de la société. Il est important que le rapport entre les moyens et leur utilisation donne un résultat positif. On parlera alors de fonds de roulement net. Cette notion sera notamment très importante dans les relations entre l'entrepreneur et d'éventuels nouveaux créanciers (banques, investisseurs...).

Assurez des liquidités suffisantes

On dira d'une entreprise qu'elle possède une trésorerie nette lorsque celle-ci dispose de suffisamment de liquidités propres pour faire face à ses obligations à court terme. Il s'agit, là encore, de souligner la bonne santé financière de l'entreprise. Il peut arriver que l'entreprise doive faire appel à des sources de financement externes pour assurer le bon équilibre de cette indispensable trésorerie. Les flux de trésorerie sont des indicateurs intéressants quant au caractère sain des finances de l'entreprise. Certains économistes préconisent d'utiliser le 'current ratio' (capitaux permanents / actifs immobiliers) pour enrichir le calcul de la trésorerie. Retenons dans un premier temps que votre trésorerie se doit d'être positive avant que vous n'envisagiez un financement purement lié à la croissance de votre entreprise.

Préservez la solvabilité de votre entreprise

La solvabilité d'une entreprise se calcule en faisant le rapport entre fonds propres de ladite entreprise et ceux provenant de tiers (par exemple sous forme de crédits). Le résultat, cette fameuse solvabilité, permettra de savoir jusqu'où l'entreprise dispose de suffisamment de fonds pour faire face à l'ensemble de ses engagements financiers. On dira aussi que l'indépendance financière d'une entreprise se dessinera sur base du rapport entre ses fonds propres et la globalité de son passif.

Si la bonne santé financière de votre entreprise est naturellement un élément-clé de la vie de celle-ci, il ne faut pas voir son financement comme un frein à son bon  fonctionnement. Il est non seulement une base solide de sa croissance, mais il représente aussi de nombreux avantages d'un point de vue fiscal, de celui de l'augmentation du rendement des fonds propres et, pour les emprunts à long terme, de l'utilisation avantageuse de l'inflation.  

L'évolution de la gestion financière de votre entreprise

Une erreur trop souvent commise est de se satisfaire de son business plan de départ, de ranger celui-ci, dans le meilleur des cas, dans un tiroir et de ne jamais y revenir. Votre entreprise évolue avec le temps et présente, dans ce cadre, des besoins de financement différents. En effet, que vous soyez en phase de lancement, de croissance ou de maturité (voire de transmission), vos ressources propres, vos besoins d'investissement, votre capacité de stock (si vous commercialisez des produits) seront en mutation permanente. Etablir des plans financiers réguliers vous permettra de prévisionner vos besoins, mais aussi de mieux appréhender vos besoins de financement.

Vous tiendrez également compte des caractéristiques de votre entreprise. Une PME active sur un marché local n'a pas les mêmes besoins qu'une multinationale présente sur les cinq continents, même s'il convient d'éviter les mises en abîme caricaturales. De même, vous rencontrerez des besoins de financement différents en fonction de votre secteur d'activité. Vous l'aurez compris : le financement de la croissance de votre entreprise est une démarche à effectuer sur mesure. Il peut d'ailleurs s'avérer intéressant, pour ne pas se tromper, de faire appel à des experts en la matière.

Si l'exercice du business plan régulier vous rebute, un autre, celui du tableau de financement, sera encore plus indispensable. Il permettra notamment de mieux visualiser les flux entrants et sortants dans ou depuis votre entreprise, de mieux cerner vos besoins, de les confronter à vos fonds propres, fonds de roulement, trésorerie et autre ratio de solvabilité. Vous serez ainsi en mesure de déterminer en connaissance de cause vos besoins de financement et de faire appel aux organismes compétents.

13 choses qu'il vaut mieux savoir avant, pendant et après le financement de votre entreprise

1/ Les institutions financières sont incontestablement une source de financement. N'oubliez pas de vous renseigner quant aux sources alternatives comme les sociétés d'investissement ou les fonds de participation. 

2/ Un financement ne devrait, idéalement, pas couvrir vos besoins primaires. Pour un bon équilibre financier, ceux-ci seront couverts par les flux financiers provenant de votre exploitation.

3/ Mettez en place une politique commerciale tendant le plus rapidement possible à la rentabilité. Vous réduirez ainsi vos besoins de financement et, pour ceux perdurant, vous y faciliterez l'accès.

4/ Anticipez vos besoins de financement pour les mettre en corrélation avec un fonds de roulement, une solvabilité et une trésorerie en constante mutation en fonction de la santé de votre activité.

5/ Adaptez votre besoin de financement à vos attentes réelles, mais aussi à la conjoncture. Là encore, la santé financière de votre entreprise et les prévisions d'évolution du marché joueront un rôle primordial.

6/ N'oubliez pas de renouveler régulièrement votre plan financier et, par là, vos besoins de trésorerie, notamment en vous appuyant sur les points forts tels que repris ci-dessus.

7/ Rappelez-vous toujours que les investissements à long terme nécessiteront des financements à long terme afin de ne pas représenter une charge trop importante sur le court terme.

8/ Les éléments factuels tels que vos stocks, les délais de renouvellement de ceux-ci, l'état de votre carnet de commandes, auront un impact direct sur votre trésorerie et donc sur la hauteur de vos besoins en investissement.

9/ Dans la mesure de vos possibilités, étalez et repoussez les délais de remboursement afin que ceux-ci correspondent au mieux à la durée des investissements assurés ainsi qu'aux projections de besoins en cash-flow à court et moyen termes.

10/ Constituez-vous, dès la création de la société,  un capital suffisant pour bénéficier d'une marge de sécurité et ainsi pouvoir faire face à certains imprévus ou répondre à quelque opportunité.

11/ Ajustez vos stocks à la demande réelle en fonction des circonstances. Vous éviterez ainsi de mobiliser trop de liquidités pour pouvoir assumer ceux-ci. Vous limitez par là même occasion les risques de pertes.

12/ Conservez en permanence un oeil sur les flux financiers de votre entreprise et notamment ceux qui concernent vos créditeurs et vos débiteurs. Ne pas le faire pourrait vous conduire à devoir financer ou faire financer des dépenses courantes. 

13/ Rappelez-vous que le financement à court terme montre un coût plus important. En y faisant appel à répétition, vous cumulez des coûts inutiles qui viendront grever le bon équilibre financier de votre société.

En résumé…

Terminons cette évocation du financement de la croissance de votre entreprise - sachant qu'avoir recours à des experts tels que comptables, fiscalistes et conseillers bancaires, reste un must - par sept conseils à garder à l'esprit.

  1. Evaluez vos besoins financiers pour limiter les soucis de trésorerie et sachez expliquer la nécessité de votre financement.
  2. Ne sous-financez pas votre entreprise par une éventuelle crainte de surendettement. Evitez de perdre le contrôle de votre croissance.
  3. Optimisez la combinaison de vos modes de financement pour en réduire les coûts. Vous réduirez par la même occasion les risques.
  4. Réfléchissez par étapes. Ne financez pas tous vos besoins en une fois, mais évitez également de manquer des opportunités.
  5. Comprenez les intérêts nourris par vos partenaires financiers. Cela vous permettra de contourner certains risques.
  6. Inspirez confiance aux financiers contactés et faites-leur confiance dans les démarches qu'ils entreprennent.
  7. Préparez avec acuité toutes vos demandes de financement pour en simplifier l'acceptation.

Confirmer