Le crowdfunding, qu’est-ce que c’est ? Et quelles possibilités cela vous offre-t-il en tant qu'entrepreneur ? Quelle est la différence avec un emprunt classique ? L'expert Pierre Marchand, Head of Value Proposition Professional Loans, vous dit tout ce que vous devez savoir. 

Pierre Marchand : « Avant, lorsque vous  vous rendiez à la banque avec un projet, vous repartiez 9 fois sur 10 avec un emprunt classique. Aujourd'hui, de nouvelles solutions existent. Nous recherchons celle qui répond le mieux à votre projet. Elle peut prendre la forme d'un emprunt classique, d’un crédit sur mesure… ou du crowdfunding.

Grâce au lancement de Hello crowd!, il existe désormais plus de possibilités pour les projets naissants ou pour les projets sociaux, sans but lucratif. Une opportunité à saisir, à la portée de tous. »

Crowdfunding ? C'est-à-dire ?

« Crowdfunding » signifie littéralement « financement par la foule ». Vous présentez votre projet en ligne sur MyMicroInvest ou Hello crowd! et vous tentez de convaincre un maximum de personnes de vous soutenir. Car les petits ruisseaux font les grandes rivières... ou dans le cas présent, les grands capitaux !

Les origines du crowdfunding

Le crowdfunding trouve son origine dans le monde de la musique : il permettait à de jeunes artistes sans maison de disques de rassembler les fonds nécessaires pour réaliser un album, grâce au soutien du public. Aujourd'hui, le crowdfunding est devenu un moyen de financement à part entière pour les entrepreneurs, notamment à la suite de la crise financière et avec l'avènement des réseaux sociaux. 

Comment fonctionne le crowdfunding ?

Imaginons que vous ayez une idée brillante et que vous soyez à la recherche de fonds pour la concrétiser. Après un entretien avec votre banquier, le crowdfunding apparaît être la meilleure solution. Votre objectif : convaincre un maximum d'investisseurs privés, via une campagne en ligne dans laquelle vous présentez votre projet sur MyMicroInvest ou Hello crowd!

Le crowdfunding, une partie de votre marketing

Votre projet est en ligne. Votre campagne est en cours. Vos amis et votre famille partagent votre projet. Car « sharing is caring ». Si tout va bien, votre communauté s'agrandit. Plus votre projet est partagé, plus vous en améliorez sa visibilité et ses chances de réussite.

De plus, votre projet est entouré d'autres projets innovants. Pour le positionnement, cela peut avoir son importance. C'est aussi une manière idéale de sonder le marché. Vous obtenez ainsi un bon aperçu de votre clientèle potentielle. Existe-t-il un public cible pour votre projet ? Rencontre-t-il un grand succès ? Si oui, qui sera le premier à franchir le pas en apportant une contribution financière ? Comment réagit la communauté d'investisseurs par rapport au prix ? Et par rapport aux adaptations apportées au produit ? 

Le grand public comme investisseur de votre entreprise

Car c'est le grand public qui finance votre projet : il décide s'il souhaite y investir un euro symbolique ou un capital de départ appréciable. Vous n'atteignez pas le montant visé ? Dans ce cas, les investisseurs sont remboursés et il ne vous reste plus qu'à revoir votre projet. Vous atteignez le montant visé ? Félicitations ! Il vous est alors transféré et vous pouvez lancer vos investissements. 

Le crowdfunding, c'est donner et recevoir

1.  Le crowdfunding sous la forme de dons

C'est souvent par cette forme de financement que tout commence. Vous demandez à votre entourage de soutenir votre projet. Vous recevez des dons parce que ces personnes croient en votre idée. Il peut s'agir d'un projet artistique ou social comme Sun Flowers, un orphelinat en cours de construction en Zambie ,ou d'une passion que vous souhaitez développer.

2.  Le crowdfunding sous la forme de récompenses

Une fois que le projet commence à mûrir, une récompense est possible.

« Pensez par exemple aux autocollants de la Croix-Rouge ou à une mention du nom des investisseurs sur le site internet – ou sur un support plus original, comme lors de la Lunar Mission One où le nom des investisseurs a été gravé dans le module lunaire !

Un autre avantage souvent accordé est le droit de préachat. C'est ainsi que Pebble Watch a, contre toute attente, récolté plus de 10 millions de dollars lors de sa première campagne, grâce à 60 000 investisseurs. Assez pour en financer la production. Les inventeurs ne savaient pas exactement comment le marché réagirait à leur projet. Et les investisseurs ? Ils ont été les premiers à pouvoir acheter un exemplaire de la montre. Même s'ils ont dû patienter un certain temps... »

Souvent, les investisseurs se rassemblent au sein d'une communauté qui suit de près toutes les avancées de votre projet. Ils deviennent vos ambassadeurs et vous garantissent ainsi la meilleure publicité.

3.  Le crowdfunding sous la forme d'actions

Vous pouvez bien sûr investir vous-même, en tant que particulier, dans votre entreprise Mais cela peut alors peser sur vos liquidités. Mieux vaut dès lors vous adresser à des professionnels désireux de vous suivre dans votre projet ; comme les Business Angels qui peuvent vous apporter un soutien allant jusqu'à 50 000 euros s'ils croient en votre idée, ou encore les Venture Capitalists qui participent à partir de 100 000 euros.

Votre projet porte ses fruits ? Les investisseurs en profitent également. Votre entreprise fait un fiasco ? Vous devrez expliquer avec honnêteté pourquoi vous n'êtes pas en mesure de restituer le capital. 

4.  Le crowdfunding sous la forme d'un prêt

Vous obtenez un prêt grâce à des personnes individuelles. Vos investisseurs perçoivent les intérêts, et ils sont souvent plus élevés qu'auprès des banques. Mais vous recevez beaucoup en retour.

« Comme pour Australian Homemade Icecream : ils ont récolté 300 000 euros pour ouvrir un nouvel établissement. Le gros avantage est qu'ils ont touché énormément de personnes (dans ce cas, des clients potentiels). La campagne de crowdfunding faisait aussi office, en quelque sorte, de budget marketing. Car grâce à la campagne, tout le monde savait où allait se trouver le nouvel établissement. Mission accomplie. »

Les inconvénients du crowdfunding ?

La pire chose qui puisse vous arriver dans la phase de lancement est que votre projet ne remporte pas le succès escompté auprès du grand public. Il faut alors en conclure que votre campagne n'a pas été assez attrayante ou que le projet n'a pas été présenté de manière assez claire. Considérez cela comme un processus d'apprentissage par essais-erreurs. Peaufinez votre projet et repartez de plus belle.

Crowdfunding ou emprunt bancaire ?

« Un emprunt classique est moins onéreux que le crowdfunding. Si la banque ne veut pas (encore) accorder de prêt, la collecte de fonds par le crowdfunding est la préparation idéale à un emprunt classique. Car les banques ne sont pas toujours enclines à accorder des prêts avec l'épargne du citoyen lorsque le risque est (provisoirement) trop important.

D'autre part, si le grand public est déjà convaincu, la banque accordera davantage de crédit au projet. Mais on peut aussi combiner les deux : le crowdfunding n'exclut pas la possibilité d'un emprunt classique. Les deux formules sont compatibles. »

Quelle est la meilleure plate-forme pour votre projet ? Tout dépend de la nature du financement que vous recherchez.

MyMicroInvest ? 

Pour le « crowdfunding financier », tournez-vous vers MyMicroInvest. Vos investisseurs achètent une action ou vous accordent un prêt. Votre projet peut ainsi passer au niveau supérieur. MyMicroInvest, le pionnier en Belgique depuis 2012, s'adresse aux entreprises – et plus particulièrement aux start-up – de tous les secteurs qui recherchent minimum 250 000 euros de capital supplémentaire. Celles-ci doivent lancer une campagne de crowdfunding qui vise à lever au moins 50 000 euros. MyMicroInvest est particulièrement accessible. Les investisseurs peuvent déjà participer à partir de 100 euros.

« La grande différence avec les autres plates-formes belges de crowdfunding – car il y en a d'autres bien sûr – est que le grand public peut investir conjointement avec des investisseurs professionnels ou privés, des entreprises, des Business Angels ou des Venture Capitalists. C'est ce qui rend MyMicroInvest unique. » 

Hello crowd!

Hello bank! a récemment lancé Hello crowd!, la plate-forme belge de crowdfunding en collaboration avec l'acteur européen Ulule. L'accent est placé sur les projets et services sociaux et culturels. Et le fonctionnement est basé sur le « crowdfunding émotionnel », à savoir les dons et récompenses. C'est la version belge tant attendue de Kickstarter.com. Ni vous ni vos investisseurs ne devez être client Hello bank! : l'investissement minimal est d'à peine 5 euros. 

« Avec l'arrivée de Hello crowd!, nous pouvons vous aider dans toutes les situations. Car il existe désormais une plate-forme pour chaque phase. C'est la véritable nouveauté. Au final, chacun dispose d'un éventail de possibilités. Plus uniquement les projets plus matures, mais aussi les starters et les projets sociaux.

Votre demande de crédit a été refusée ? Parce que votre projet en est toujours à ses balbutiements ? Parce qu'il n'est pas encore rentable ? Ou simplement parce que le profit n'est pas son but principal ? Tentez votre chance sur Hello crowd! »

Le crowdfunding à la conquête de l'avenir

« Le crowdfunding se base sur une conviction. De l’entrepreneur, mais aussi de l’investisseur. Avec d'autres investisseurs qui forment une véritable communauté, nous croyons en votre projet. Je suis convaincu que le crowdfunding est promis à un bel avenir en Belgique. En particulier le crowdfunding émotionnel, sur la base de dons et récompenses. Ce type de crowdfunding n’est pas, à court terme, le plus avantageux d’un point de vue financier, mais il offre une réelle satisfaction personnelle. »

Confirmer