Dans le cadre de son dossier « L’été Starters », Bizcover propose aux starters jusqu'en octobre des articles pour les accompagner sur la route du succès. Nous abordons cette fois la question du financement de votre activité. L’entrepreneur starter dispose d’une palette de sources de financement possibles. Mais pour quel type de financement opter dans votre cas précis ? Pierre Marchand, Head of Value Proposition Professional Lending chez BNP Paribas Fortis, passe en revue les profils les plus courants de starters ainsi que les solutions de financement appropriées pour chacun d’eux.

Solutions de financement pour tout type de projet

Il existe des types de financement qui sont adaptés à tous les types d’activités, et ce, que vous soyez en personne physique ou en société:

  • Fonds propres : ce sont vos deniers personnels que vous investissez dans votre projet ;

  • 3 F ou FFF (pour « Family, Friends and Fools ») : il s’agit ici de se tourner vers son entourage direct (Family, Friends) pour financer son activité. Parmi les « fools », on compte les business angels. Ces investisseurs externes agissent en mode privé ou au sein d’une structure plus vaste, et peuvent s’intéresser à votre projet pour diverses raisons (affinités avec le secteur, potentiel de votre projet, désir de diversification de leurs investissements, etc.) ;

  • Renting (leasing opérationnel): dans le cas de l’acquisition d’un véhicule par votre société. Au sein de BNP Paribas Group, Arval, leader international de la location de véhicules d’entreprise avec services, propose des formules de leasing très flexibles à l’attention des starters ;

  • Subsides : il s’agit du financement de type public , notamment via les 9 Invests wallons (Meusinvest, NivelInvest, Sambrinvest, Namur Invest…). On peut y faire appel dans le cadre de certains types de projets, selon certains critères d’éligibilité : financement pour du matériel par exemple (une enseigne lumineuse pour votre boutique, ...) Le plus simple est de consulter la cellule subsides de BNP Paribas Fortis. Votre chargé de relation vous orientera vers un type de subside plutôt qu’un autre selon votre secteur d’activité, type de projet, etc.

 

Parallèlement, il existe des solutions complémentaires qui vous offrent des avantages de trésorerie divers, et sont donc avantageuses pour assurer un fonds de roulement suffisant à votre activité :

  • Bonifisc : il s’agit d’un service consistant en une aide au paiement anticipé de vos impôts. Lorsque votre entreprise fait du bénéfice, il est en effet avantageux d’effectuer ce versement anticipé d’impôts afin de bénéficier d’une bonification fiscale. A cette fin, la banque peut vous octroyer un crédit afin de répartir le paiement de vos impôts sur 8 ou 12 mois, sans que cela n’impacte votre trésorerie.
  • Carte de crédit : sans être une solution de financement à proprement parler, elle vous permet, avec l’avantage du confort de paiement, de solutionner un éventuel besoin de trésorerie à court terme – sur des montants limités.

Projet avec des besoins en matériel ou en trésorerie

Ceci vous intéresse si vous comptez exercer en tant que maçon, électricien, médecin, avocat et autres professions tant manuelles que libérales. Dans ce cas de figure, le type de financement dépend de votre besoin :

  • Acquisition de type immobilier, vitrine, matériel, etc. : dans ce cas le crédit bancaire est une option, mais il y doit y avoir une confiance mutuelle dans le projet. Un apport personnel constitue bien sûr un sérieux levier. Vous devrez également avoir fait un « devoir » : votre business plan. Ce sera l’occasion de démontrer au banquier votre connaissance du marché, l’existence d’une clientèle ou patientèle, votre capacité à générer du cashflow, etc. ;

  • Fonds de roulement : au cours de votre activité, il vous faudra financer le décalage temporel entre les rentrées et les dépenses (vous devrez par exemple, acheter du matériel de production avant d’être payé pour vos produits finis). Dans ce cas, sur base de votre plan de trésorerie, votre banquier peut vous proposer un crédit de caisse. Pour le préfinancement de vos factures émises, pensez au service de factoring via votre banque également : après avoir procédé à une analyse qualitative de vos clients, elle prendra en charge le suivi et les rappels de vos factures. C’est le cas dans le secteur B2B et pour de grosses factures (en Keuros).

Projet au concept innovant mais qui manque de réseau et de fonds

En plus des fonds propres et du 3F, le crowdfunding (financement participatif, comme Hello Crowd!)  représente une opportunité, si vous vous reconnaissez dans ce profil de starter. Il s’agit de procéder à une levée de fonds auprès du plus grand nombre, et ce, hors de son réseau direct ou lorsque celui-ci n’est pas étendu . En plus de mettre à votre disposition des capitaux, le crowdfunding présente d’autres avantages : 

  • Vos investisseurs vont devenir vos ambassadeurs, voire s’impliquer dans l’évolution future de votre entreprise ou encore donner un feedback lorsqu’ils seront les premiers à recourir à vos produits ou services ;

  • À terme, vous ne remboursez pas systématiquement ces investisseurs de la première heure. Vous pouvez pratiquer le rewarding, c’est-à-dire leur permettre de bénéficier de certains avantages propres à votre concept ou entreprise ;

  • Ces personnes qui croient en votre produit au point d’y investir, ce sont autant de prospects, voire de précommandes. C’est la preuve que votre concept tient la route et qu’il y a un marché derrière. Cela constitue un argument de poids auprès de votre banque en cas de besoins supplémentaires en capitaux. Vous pourrez ainsi plus facilement combiner investissements privés et bancaires.

Projet dans le secteur Horeca

Vous reprenez un snack, ouvrez une friterie ou bien un resto ? Dans un secteur aux statistiques difficiles comme l’Horeca, vous devrez certes surtout compter sur les fonds propres et le 3F. Votre expérience du secteur – en tant que précédent employé par exemple – jouera en votre faveur. Vous pouvez également vous tourner vers les microcrédits. Par exemple, via Microstart, qui propose, en partenariat avec BNP Paribas Fortis, des crédits au montant maximum de 15.000 euros. C’est une aide bienvenue pour l’achat de matériel de base (frigo, portes coupe-feu…) pour rendre son établissement opérationnel.

Indépendant actif dans les services

Ce genre d’activité requiert en général moins d’investissements que les types de starters déjà évoqués. Le starter indépendant pourra bénéficier des divers types de financement abordés précédemment, à l’exception du crowdfunding. (à moins de mettre sur le marché un service directement « marketable »). Une fois encore, le crédit bancaire classique reste une solution, pour peu que l’on dispose d’un business plan et d’un dossier solide.

La solution de financement qui vous convient

De nombreuses sources de financement sont à la disposition de l’entrepreneur qui souhaite se lancer. La première étape est de définir précisément les besoins de votre business naissant (problèmes de trésorerie, fonds, réseau, etc.) afin de faire votre sélection. Que vous décidiez de vous tourner vers des subsides, des services de factoring ou du crowdfunding, votre chargé de relation reste votre meilleur conseiller pour lancer votre entreprise sur la bonne voie. 

Pierre Marchand

Pierre Marchand

Pierre Marchand travaille chez BNP Paribas Fortis depuis qu’il a terminé ses études en Business & Managerial Economics, en 2005. Il a été successivement account manager, project manager, product manager avant de devenir en 2016, Head of Professional Loans. Entre autres attributions, sa fonction comprend le développement de nouveaux produits et services, le suivi de la performance, la gestion de projets, ou encore l’amélioration de l’expérience client à travers les différents canaux.